Un peu de vocabulaire. Glossaire

Bibliolytie :n. f., du grec biblion, livre et luo, délier. Destruction volontaire de livres. On s’appuie ici sur Fernand Drujon, « De la destruction volontaire des livres ou bibliolytie », Le Livre. Revue du monde littéraire, Paris, Quantin, 1888. Octave Uzanne était le rédacteur en chef de cette publication. L’article a été réédité sous la forme d’un ouvrage indépendant qui mit en avant le terme : Fernand Drujon, Essai bibliographique sur la destruction volontaire des livres ou Bibliolytie, Paris, Quantin, 1889. Il ne s’agit pas là d’un néologisme : l’auteur imite d’autres bibliophiles, comme Paul Lacroix et Gustave Brunet, nous rappelle Lucien Polastron (Polastron, Lucien X., Livres en feu. Histoire de la destruction sans fin des bibliothèques, Denoël, 2004, rééd. Gallimard, coll. « Folio Essai », 2009, p. 427). BT

Bibliophagie, n. f. issu de biblos et de phagos, “glouton” en grec ancien, dérivé de phagein, “manger” (adj. bibliophage). Action, fait de mastiquer et d’ingérer des livres en partie ou en totalité. Le terme ne semble pas attesté dans les dictionnaires avant le XXe siècle mais on le trouve au moins dès la seconde moitié du XIXe siècle chez des bibliographes ou amateurs de livres (De la bibliophagie, Onésyme Durocher [pseudonyme d’Octave Delepierre], s.d., [1866] ; Dictionnaire Bibliophilosophique d’Octave Uzanne, 1896 ; Connaissances nécessaires à un bibliophile d’Edouard Rouveyre, 1899 [5e édition]). Le terme est notamment utilisé pour désigner les larves et les insectes friands de carton ou de papier qui font des ravages dans les bibliothèques en creusant des tunnels au milieu des pages. Mais dans un sens figuré, la bibliophagie désigne également une forme de boulimie et d’appétit insatiable pour la lecture. Octave Uzanne, dans son Dictionnaire Bibliophilosophique, rend bien compte de cette double acception littérale et figurée du terme bibliophage, désignant à la fois le fait d’ingurgiter les matériaux composant un livre (papier, carton, bois, cuir) et d’assimiler les mots que ce livre contient. MLB

Bibliophobie : n.f., du grec biblion, livre, et phobos, la haine. Antonyme : bibliophilie. Haine, exécration des livres, perçus au mieux comme inutiles, au pire comme dangereux. Ecoutons à ce sujet Charles Nodier qui, dans sa physiologie de L’Amateur de livres publiée dans le cadre de la publication collective Les Français peints par eux-mêmes : Encyclopédie morale du XIXe siècle (Paris, Curmer, 1840-1842) : “L’opposé du bibliophile, c’est le bibliophobe. Nos grands seigneurs de la politique, nos grands seigneurs de la banque, nos grands hommes d’Etat, nos grands hommes de lettres sont généralement bibliophobes. […]. Comme [à leurs yeux] tout est dans Voltaire, le bibliophobe ne se ferait pas plus de scrupule qu’Omar de brûler la bibliothèque d’Alexandrie. Ce n’est pas que le bibliophobe lise Voltaire, il s’en garde bien ; mais il se félicite de trouver dans Voltaire un prétexte spécieux à son dédain universel pour les livres”. MLB

Enleveur, enleveuse de feuillets : on trouve l’expression chez Paul Lacroix, dans un manuscrit inachevé intitulé “Les ennemis du livre” (ms-9667 (2), bibliothèque de l’Arsenal), au milieu des “déchireurs”, des “expurgateurs” et des “coupeurs de gravures”. Désigne une personne prélevant, par coupure ou par déchirure, un feuillet imprimé ou gravé dans le corps d’un volume, soit pour le détruire complètement (censure), soit pour le vendre à l’unité, soit pour l’ajouter à un autre exemplaire incomplet. C’est notamment le cas des collectionneurs d’illustrations et amateurs de frontispices qui, si l’on en croit William Blades dans son ouvrage The Ennemies of Books (Londres, 1880), sont des biblioclastes de la pire espèce, ne reculant devant rien pour enrichir leur collection : “Portrait collectors have destroyed many books by abstracting the frontispiece to add to their treasures, and when once a book is made imperfect, its march to destruction is rapid”, p 126. MLB

Recyclage, n. m. (voir verbe : recycler) : dérivé de “cycle” et accompagné du préfixe “re”, le “recyclage” désigne l’action de récupérer, parfois en les isolant, les matériaux d’un objet perçu comme obsolète ou dysfonctionnel, afin de leur donner une nouvelle utilisation. Le recyclage en matière de livres s’affirme aujourd’hui comme un enjeu crucial, tant sur le plan économique ou social qu’environnemental, puisque 25% des livres publiés en France chaque année finissent sous le pilon pour être déchiquetés, broyés et recyclés (voir à ce sujet le documentaire de Bruno Deniel-Laurent, On achève bien les livres, 2012). Toutefois, ce n’est pas une nouveauté, puisque si l’on en croit Edouard Rouveyre dans ses Connaissances nécessaires à un bibliophile, dès le XVIIe siècle les pages des invendus des librairies se trouvaient recyclés en papier d’emballage. Au XIXe siècle, les figures de “l’équarrisseur” et de “l’épicier” hantent les cauchemars des bibliophiles. L’un comme l’autre font en effet fonction de dépecer les livres, séparant le cuir (pour les savetiers), le papier (pour les denrées alimentaires), les fils et les cartons (pour les relieurs) en fonction de leur destination et de leur usage. Paul Lacroix écrit à ce sujet, en 1848, en parlant de l’épicier considéré comme ennemi du livre : « il voit d’un seul coup d’œil la basane et le veau destinés au savetier, le carton promis au relieur, le papier consacré aux enveloppes… » (A propos de ma République, [1848]). Toutefois, recyclage ne signifie pas forcément destruction : il est en effet possible, sur le mode de la greffe d’organe, de “recycler” des feuillets isolés pour reconstituer, par exemple, la totalité d’un exemplaire. MLB