Le grenier de Gérard de Nerval

« Ayant fureté dans sa maison jusqu’à découvrir la masse énorme de livres entassés et oubliés au grenier, – la plupart attaqués par les rats, pourris ou mouillés par les eaux pluviales passant dans les intervalles des tuiles, – j’ai tout jeune absorbé beaucoup de cette nourriture indigeste ou malsaine pour l’âme ; et plus tard même, mon jugement a eu à se défendre contre ces impressions primitives ».

Gérard de Nerval, « La bibliothèque de mon oncle », Les Illuminés, 1852.

Un peu de poésie…

L’assaut

Sur trois tomes couchés un in-folio se dresse,

Montrant ses lettres d’or aux flancs de son vélin

Beau volume, que l’œil de l’amateur caresse…

Raton lui jette, aussi, plus d’un regard câlin.

Il guette, sourdement mitonne un coup d’adresse,

Hors du trou met la tête, &, comme d’un tremplin,

Saute. Pour ce bond-là, bravo ! peur ni paresse…

Il ne déguerpira que repu, ventre plein.

Tout fier d’avoir grimpé sur la tête du livre,

C’est avec un entrain féroce qu’il le livre

A son grignotement, vrai gourmet, vrai glouton.

Quel régal ! De la marge et du texte il se gave.

L’œuvre lourde avec lui va rentrer dans la cave…

Rongeur intelligent, quand te reverra-t-on ?

François Fertiault, Les Amoureux du Livre. Sonnets d’un bibliophile, Fantaisies, Commandements du bibliophile, notes et anecdotes. Paris, A. Claudin, 1877, 16 eaux-fortes de Jules Chevrier.