Détruire des livres, “dont Tintin et Astérix”. Un débat canadien?

Le 7 septembre 2021, Radio-Canada a annoncé en ligne « Des écoles détruisent 5000 livres jugés néfastes aux Autochtones, dont Tintin et Astérix ».

Dans un long article, le journaliste Thomas Gerbet révélait un épisode qui date de 2019, dont il semble qu’on ait peu parlé dans les médias et dont le texte laisse entendre qu’il a été récemment porté à la connaissance de la rédaction :

Une grande épuration littéraire a eu lieu dans les bibliothèques du Conseil scolaire catholique Providence, qui regroupe 30 écoles francophones dans tout le Sud-Ouest de l’Ontario. Près de 5000 livres jeunesse parlant des Autochtones ont été détruits dans un but de réconciliation avec les Premières Nations, a appris Radio-Canada.

Une cérémonie de “purification par la flamme” s’est tenue en 2019 afin de brûler une trentaine de livres bannis, “dans un but éducatif”. Les cendres ont servi “comme engrais” pour planter un arbre et ainsi “tourner du négatif en positif”.

Thomas Gerbet, Radio Canada, 7 septembre 2021

Le journaliste citait et exploitait un document de ce réseau de 30 écoles catholiques que la rédaction a « obtenu » et qui « détaille l’ensemble des titres éliminés, ainsi que les raisons invoquées ». Il s’agit de plus de 150 titres, BD, romans et encyclopédies auxquels le document reproche, comme à Tintin en Amérique « un langage non acceptable » des personnages, « des informations erronées, une présentation négative des peuples autochtones et une représentation fautive des Autochtones dans les dessins ». L’article revient explicitement, images à l’appui, sur des exemples jugés emblématiques, comme Astérix et les Indiens

Le site Asterix.com, auquel renvoie Hachette, propriétaire des éditions Albert René, ne mentionne que le film d’animation de 1994, inspiré de l’album La Grande traversée. Il ne peut donc s’agir, comme “le livre Pocahontas, tiré du dessin animé de Disney” évoqué plus loin dans l’article, que d’un Astérix et les Indiens. L’album du film. Nous ne l’avons pas trouvé au catalogue des Editions Albert René mais il figure bien à la BnF, daté de 1995. Nul besoin de le lire pour être certain qu’il véhicule des clichés et en tant que tels des “représentations fautives”. On ne sait si le catalogue a été modifié, lui qui propose pourtant encore les aventures d’Oumpah-Pah “le peau-rouge”, fruit de la première collaboration d’Uderzo et Goscinny et dont la première version toujours inédite aurait même été traduite en anglais (Oumpah-Pah. L’intégrale, Editions Albert René, 2011, p.22).

L’article faisait aussi le portrait de la « chercheuse indépendante » Suzy Kies, « coprésidente de la Commission des peuples autochtones du Parti libéral du Canada depuis 2016 », qui a « accompagné le conseil scolaire dans sa démarche».

En quelques jours, cette annonce a entraîné de nombreuses réactions au Canada et au-delà, une nouvelle ligne au débat sur la Cancel culture, la redécouverte du mot “autodafé”, une nouvelle enquête du même journaliste sur les prétendues origines autochtones de Suzy Kies, la démission de celle-ci de la Commission citée plus haut et la mise « sous révision » du projet « Redonnons à Terre Mère » (annonce sur le site du CSC Providence, qui arbore par ailleurs un encart publicitaire : « L’Ecole catholique. La meilleure éducation de langue française en Ontario »).

Le débat canadien, qui croise les questions sensibles des « premières nations », de l’Eglise et du fédéralisme, est complexe. La question des livres y est sans doute en partie récurrente. Le même site de Radio Canada propose encore un vieil article de 2015 qui annonçait le retour de Tintin en Amérique dans les bibliothèque de Winnipeg

Ce qui intéresse directement notre réflexion, ce sont les liens entre la matérialité des livres et leurs investissements symboliques, qui apparaissent à plusieurs niveaux. D’une part cet épisode reprend la conviction selon laquelle on pourrait combattre des idées en détruisant les livres qui les véhiculent. D’autre part il réactive le lien entre destruction des livres et une revendication écologique fallacieuse (ici le livre brûlé « recyclé » comme engrais ; ailleurs les liseuses numériques comme remèdes prétendus au livre si polluant…). Enfin la destruction de ces livres comme son dénonciation sont prises dans des enjeux qui les dépassent. La matérialité de ces livres pourrait de fait moins importer que les vraies questions que sont l’éducation des enfants et le respect des Autochtones mais qui ne sont mises en avant que pour masquer des enjeux de pouvoir: les élections législatives canadiennes ont lieu le 20 septembre.

[Benoît Tane, Le 12/09/2021]

Don Quichotte. Jeter les livres

http://www.gutenberg.org/files/42524/42524-h/images/x-page-25.jpg
“Elle jeta les livres pêle-mêle par la fenêtre”. Gravure de Perrichon d’après G. Roux pour L’Ingénieux chevalier Don Quichotte de la Manche, traduction nouvelle par M. C. Furne, Paris, Furne, Jouvet et Cie, 1866, p.25

On sait que Cervantès s’adresse à son lecteur oisif et qu’il met en scène un autre lecteur, passionné de romans de chevalerie, au point de confondre les aventures des héros de fiction et la réalité… et de “jeter” son livre dans l’enthousiasme de sa lecture (Cervantès, Don Quichotte, 1605, Première partie, chapitre 5). Mais avant même d’avoir attaqué des moulins, Don Quichotte a été littéralement passé sous une meule par un meunier mécontent et, blessé, rêve à ses livres. Pendant ce temps, sa gouvernante et sa nièce s’inquiètent de son absence et accusent les “maudits livres de chevalerie”, ces “méchants livres”. Elles en appellent au curé pour qu’il les fasse brûler “comme autant d’hérétiques” (chapitre 5, trad. Ch. Furne).
Le lendemain, au chapitre suivant, les deux femmes poussent le curé à n’en épargner aucun car « tous ont fait du mal. Il faut les jeter par la fenêtre et les amonceler au milieu de la cour, afin de les brûler d’un seul coup ». Le curé, qui est aussi lecteur, « voulut connaître au moins le titre des livres »; et de disserter avec le barbier sur les attraits d’Amadis de Gaule ou sur ceux de Palmerin d’Angleterre, qui seront « exemptés du feu ». La majorité passe par la fenêtre… mais ne donne lieu dans le récit à aucune scène explicite et développée d’autodafé; le mot n’apparaît pas dans le texte original, n’en déplaise à la traduction de César Oudin, revue par Jean Cassou (“Le jour de demain ne se passera pas qu’il ne s’en fasse un autodafé, et qu’ils ne soient condamnés au feu”, Cervantès, Don Quichotte I, Gallimard, coll. “Folio”, 1949, p.98).
D’ailleurs, dans l’édition de Furne, Jouvet et Cie (1866), très illustrée, la scène choisie est celle de la gouvernante jetant les livres par la fenêtre (voir reproduction en tête de billet)… tandis que dans l’édition Hachette (1863), Gustave Doré représente le feu d’une façon toute domestique dans une petite vignette qui n’ambitionne pas de concurrencer les célèbres 120 grandes planches hors-texte (visibles dans une exposition virtuelle de la B.n.F.).

Gravure d’après Gustave Doré pour Don Quichotte, Paris, Hachette, 1863, chapitre 6.

Du point de vue symbolique, le jeté de livre serait la version presque acceptable de l’autodafé. Il n’en reste pas moins un biblioclasme qui peut donner lieu à une exploitation visuelle spectaculaire [Benoît Tane]