L’enquêteur Léandre Laforgue et la bibliothèque incendiée

D’un geste subit de brute, Lazare saisit le chandelier et Léandre se mit en posture de défense. Mais, loin de vouloir le frapper avec cette arme improvisée, Jacques lança le candélabre contre la bibliothèque, vers un espace où il rangeait des tas de feuilles de brouillon. Celles-ci s’embrasèrent en un rien de temps, propageant le feu aux livres les plus proches.

La première réaction de Léandre devant le désastre fut de se précipiter, cruche de jus de fruit en main; dérisoire parade pour éteindre le sinistre! Celui-ci se répandait à une vitesse folle, trouvant dans cet amas de livres le carburant parfait pour tout réduire à néant.”

Sylvain Larue, Au Bal des Muscadins, une enquête de Léandre Lafforgue, De Borée, “Vents d’histoire”, 2019, p. 605-606.

451°F ?

“Fahrenheit 451: the temperature at which book paper catches fire and burns” (Bradbury, Ray, Fahrenheit 451, 1953, sur la page de titre). Le lecteur a-t-il le droit de demander pourquoi le “papier pour livres prend feu et s’enflamme” à un peu moins de 232°C? La couverture de Joe Mugnaini montre bien que les hommes brûlent aussi, sans que l’on se préoccupe de température. 451°F? c’est le début non pas d’une expérimentation mais d’une enquête autour des pratiques biblioclastes et de leurs représentations. [Benoît Tane]

Bradbury, Ray, Fahrenheit 451, Londres, Ruper Hart-Davis, 1954 (page de titre, signée; photo internet, marché de l’art)
Bradbury, Ray, Fahrenheit 451, New York, Ballantine Books, 1953 (jaquette; dessin de Joe Mugnaini; photo internet, marché de l’art)
Bradbury, Ray, Fahrenheit 451, New York, Ballantine Books, 1953 (jaquette dépliée; photo internet, marché de l’art))