Biblioclasmes. Terminologie et enjeux (1)

Présentation liminaire proposée dans le cadre de la rencontre Biblioclasmes#01 (5 février 2021)

Le terme « Biblioclasme » est peu fréquent. Cependant, il peut assez facilement nous renvoyer à l’iconoclasme qui désigne, avant l’idée générale d’une contestation de toutes les normes, la contestation des images (icono– vient du grec eikon), voire leur destruction puisque l’autre racine grecque que ce mot contient vient du verbe klastein, qui a le sens de « casser », « détruire ». Le biblio-clasme serait donc au livre (biblion) ce que l’icono-clasme est à l’image. Le terme semble aussi facilement s’opposer à la bibliophilie : l’amour (philia) du livre (biblion encore) aurait donc un « simple » pendant symétrique, celui d’une haine du livre telle qu’elle impliquerait la volonté de le détruire. Il entre enfin en résonance avec d’autres termes, directement associés à l’idée de censure, comme « autodafé », par lesquels le biblioclasme est plutôt perçu et abordé comme une attaque indirecte contre les idées, comme si les hommes qui les portent et les livres qui les supportent n’étaient que de simples artefacts d’une circulation intellectuelle abstraite, plus grande et plus noble qu’eux….

Cette apparente simplicité recouvre en réalité des phénomènes complexes et nous incite à revenir, même rapidement, sur ces trois aspects :

-1. D’une part le parallélisme avec l’iconoclasme nous indique déjà que les choses ne sont pas simples. Historiquement l’iconoclasme, qui s’est développé dans l’Empire romain d’orient aux VIIIe et IXe siècles, avait une dimension religieuse, liée aux tensions du christianisme dans l’Empire byzantin, et une dimension politique. On utilise aussi dans ce contexte le qualificatif « iconomaque » (mákhê : « lutte »), pour ce et ceux qui s’opposaient au culte des images, pour lequel on parle d’idolâtrie ou d’iconodulie. Iconoclasme/iconodulie ne constituent donc en rien un simple couple antagoniste entre ceux qui aiment et ceux qui n’aiment pas les images, et que l’on pourrait appliquer au domaine du livre.

A ce sujet, voir sur Hypothèses l’article de Séverine Boullay, « Querelle iconoclaste, querelle des images dans l’Empire byzantin (VIIIe-IXe siècle) » in L’Histoire à la BnF, 23/01/2019 [dernière consultation le 06/05/2021]: https://histoirebnf.hypotheses.org/5642

-2. D’autre part, dans ce domaine « du » livre, et j’emploie à dessein le singulier, il y a bien un fonds religieux mais il repose sur la notion délicate de « religions du livre », qui a pu être présentée comme un point de rencontre des trois religions monothéistes. Or la bibliophilie déplace largement ce fonds moins cultuel que culturel. La sacralisation des livres (et j’emploie ici à dessein le pluriel) à laquelle peut mener la bibliophilie est nécessairement ancrée dans un espace par ailleurs profane. Le biblioclasme échappe donc aussi au modèle strictement religieux. Dans ce contexte, on a d’ailleurs utilisé en français encore d’autres termes, comme « bibliolytie », littéralement « suppression des livres »…

-3. Enfin, la question de la censure n’est pas seulement une question idéologique, au sens où elle ne concernerait que les idées. Notons par exemple que « autodafé » peut aussi encore s’écrire « auto-da-fé » ; ce mot est en effet emprunté à une expression constituée de trois mots portugais Auto da fe, eux mêmes traduction du latin actus fidei. Ces expressions signifient littéralement « acte de foi » au sens de jugement (et de condamnation) au sujet de la foi. Le TLF précise que ce terme s’est développé en espagnol et en portugais à partir de la fin du XVe siècle dans le contexte de l’Inquisition catholique. Il s’agissait d’une condamnation au bûcher qui concernait autant les livres jugés hérétiques que leurs auteurs… On l’a aussi utilisé dans un autre contexte, celui des Bücherverbrennungen (littéralement « Brûlements de livres ») organisés par les nazis en 1933.

Comment repartir de telles références historiques majeures pour esquisser les grandes lignes de notre réflexion et les domaines si variés qu’elle souhaite par ailleurs convoquer ? Nous avons choisi de conserver le terme « Biblioclasme », malgré et à cause de ces références historiques, tout en se confrontant aussi à l’hétérogénéité des pratiques. C’est en ce sens que nous avons préféré mettre le terme au pluriel. Peut-être pour éviter d’essentialiser et de niveler des pratiques qui ne sont pas comparables les unes avec les autres. On retiendra ici trois axes majeurs qui permettent de ressaisir les enjeux dans cette présentation très synthétique.

Il s’agit ainsi d’envisager les biblioclasmes sous trois angles complémentaires et qui déplacent l’approche la plus courante :

-la matérialité des pratiques (et non sous le seul angle idéologique)

-la création artistique (notamment de la fiction littéraire) et non sous le seul angle de la recherche historique

-l’hétérogénéité culturelle (et non sous le seul angle de la sacralisation)

Benoît Tane

Le goût des livres : de la bibliophagie (1)

Bibliophage. – Mangeur de livres, au propre et au figuré. Le rat est un bibliophage, et combien dangereux. – L’étudiant, le studieux, le bibliographe qui dévorent des textes, sont également des Bibliophages.

Octave Uzanne, Dictionnaire Biblio-philosophique, typologique, iconophilesque, bibliopégique et bibliotechnique à l’usage des bibliognostes, des bibliomanes et des bibliophilistins, Paris, pour les sociétaires de l’Académie des Beaux Livres, 1896, p. 58.

« Dévorer un livre » est une métaphore courante pour désigner une forme de lecture à la fois rapide et pulsionnelle procurant au lecteur un plaisir proche de celui de l’absorption d’une nourriture succulente. Mais la « bibliophagie », autrement dit l’ingestion du livre, ne peut-elle également se comprendre dans un sens plus littéral? Voici un petit parcours dans le milieu des avaleurs de livres!

Des larves et des livres

Les conservateurs de bibliothèques le savent bien, les adversaires les moins visibles sont souvent les plus redoutables. Paul Lacroix (dit le Bibliophile Jacob, 1806-1884) en était conscient, lui qui dans un projet manuscrit d’ouvrage inachevé consacré aux « Ennemis du livre », regroupait dans une catégorie à part entière les animaux mangeurs de livres, c’est-à-dire essentiellement les vers et les rats (Arsenal, ms-9667).

Les larves et les insectes, vrillettes, bruches ou charançons, sont en effet le cauchemar des bibliophiles ou des gardiens de livres. Souvent invisibles, ces petites bêtes percent dans l’épaisseur du papier, du bois ou du carton, à mesure qu’elles y avancent, de multiples tunnels dont les trajectoires entrelacées forment une curieuse dentelle de papier. Des pans entiers de pages, des mots, des fragments de phrases, disparaissent ainsi, victimes de cet appétit vorace. Dans ses Connaissances nécessaires à un bibliophile (1899), le bibliographe Edouard Rouveure dénonce en particulier les ravages exercés par les traças, des teignes microscopiques, invisibles à l’oeil nu, capables de réduire en quelques nuits un in-folio en poussière :

C’est d’ordinaire par des guipures interminables qu’ils prouvent l’activité dévorante de leur appétit, et les bizarres linéaments qu’ils dessinent à travers les textes les plus précieux forment en peu de jours une véritable dentelle, enlevant toute espèce de sens à l’explication attentive du lecteur le plus persévérant.

Edouard Rouveyre, Connaissances nécessaires à un bibliophile, t. VIII, 1899 [5e édition], p. 41.

Le héros d’une nouvelle de l’écrivain et bibliophile fin-de-siècle Octave Uzanne, Raoul Guillemard, en fera l’amère expérience lorsqu’il découvrira que la bibliothèque de livres inestimables pour laquelle il s’est battu des années durant se désagrège littéralement sous ses doigts en raison de l’invasion d’une multitude de vers orientaux…Il ne survivra d’ailleurs pas à cette funeste vision et s’écroulera, frappé d’apoplexie, sur les précieux incunables réduits en miettes! (Octave Uzanne, L’Héritage Sigismond : luttes homériques d’un véritable bibliofol, dans les Contes pour les bibliophiles, 1895)

Loin de frapper à l’aveugle, les vers et autres insectes bibliophages se révèlent de véritables gourmets, experts en gastronomie livresque, puisqu’ils préfèrent de loin (toujours selon Edouard Rouveyre) s’attaquer aux livres anciens et à leurs moelleuses pages de chiffon plutôt qu’au peu ragoûtant papier végétal produit en masse à partir du XIXe siècle, acide et cassant. Ils ne sont d’ailleurs pas les seuls si l’on se réfère au cas de Firmin, le sympathique rongeur « grignoteur de livres » campé par l’auteur américain Sam Savage dans son roman éponyme (2006), qui se révèle très tôt capable de raffiner ses goûts et d’affûter ses papilles pour distinguer les infinies nuances gustatives des livres offerts à ses dents gourmandes :

Dans les premiers temps, mon appétit était primitif, orgiaque, imprécis, goinfre – une bouchée de Faulkner ou une bouchée de Flaubert, je ne faisais pas la différence -, mais il ne m’a pas fallu longtemps pour discerner quelques nuances. J’ai tout d’abord remarqué que chaque livre avait un goût propre – sucré, aigre, amer, doux, rance, salé, acide.

Sam Savage, Firmin. Autobiographie d’un grignoteur de livres, 2006 (2009 pour la traduction française de Céline Leroy).
Fernando Krahn, couverture de Firmin. Autobiographie d’un grignoteur de livres de Sam Savage, pour la traduction française (Arles, Actes Sud, 2009)

De manière plus surprenante, Octave Delepierre, auteur d’une peu connue brochure intitulée De la bibliophagie et publiée en 1866 sous le pseudonyme d’Onésyme Delaroche, consacre quelques pages à la voracité bibliophage des…poissons! Il évoque notamment le cas d’un ouvrage retrouvé dans le ventre d’un cabillaud durant l’été 1626 à Cambridge, puis nettoyé et réimprimé sous le titre évocateur de Vox Piscis, or the Book-Fish, contayning three treatises which were found in the belly onf a cod-fish in Cambridge market (1627)…Comme quoi, aquarium et bibliothèque ne font pas forcément bon ménage.

Marine Le Bail