Censure scolaire, suite

Le Monde publie un article intitulé “Une cancel culture à la sauce conservatrice: aux Etats-Unis, des livres renvoyés de l’école” (article de Raphaëlle Besse Desmoulières, en ligne le 20/03/2022, réservé aux abonnés). Cet article revient sur les exemples récents de censure de livres dans des bibliothèques scolaires aux Etats-Unis. Il ambitionne de montrer à la fois l’ampleur du phénomène, en s’appuyant sur le cas Texan) et la “résistance” qui “s’organise”.

On pourrait relier ces exemples à bien d’autres, notamment outre-Atlantique (voir notre billet sur le débat canadien). L’article cependant fait le choix d’éviter le terme “autodafé” et de retourner l’expression “cancel culture”. L’idée est que ce mouvement progressiste pourrait être, exceptionnellement, appliqué au conservatisme. Or l’expression était au départ une façon pour les conservateurs de dévaloriser les critiques et de préempter au passage la “culture” tout entière au profit des valeurs conservatrices… Le retournement n’est dès lors pas facile. Cette tentative est par ailleurs limitée par la suite du titre, qui fleure bon l’école buissonnière: “des livres renvoyés de l’école”. Non les livres ne sont pas des hommes, pas même des écoliers. En revanche, ces événements révèlent bien une lutte idéologique à l’oeuvre à travers la matérialité des livres et la “simple” présence même de tel ou tel livre dans une bibliothèque.

Benoît Tane, avril 2022

Le chevalier Berquin (1490-1529)

« Après le long discours d’un moine qui m’était inconnu sur la vraie foi et l’hérésie, les livres et les papiers sont partis en fumée devant le chevalier (qui se tenait fièrement, mais dont au moment décisif les yeux se sont remplis de larmes, car en dépit de son abjuration on brûlait sa bibliothèque parisienne tout entière, pas seulement ceux de ses livres que la Sorbonne avait interdits) »

Cuneo, Anne, Le Maître de Garamond. Antoine Augereau, graveur, imprimeur, éditeur, libraire, [Suisse, Bernard Campiche Editeur, 2002 ; Stock, 2003], Le Livre de Poche, 2014, p. 334.

Dans ce roman, Anne Cuneo met incidemment en scène le sursis du chevalier Berquin, condamné à abjurer ses œuvres et à les voir brûler, avant d’être exécuté le 16 avril 1529. Voir les documents rassemblés par Claude Longeon, Dossier Berquin, en ligne.

Benoît Tane, 17/01/2022

“Le livre nous ressemble” Anne Delaflotte-Mehdevi, Workshop “Précarité, préciosité du livre”, 3 décembre 2021

A peine pensé  ‘Précarité du livre’ m’est  évidemment venue l’idée de sa dématérialisation, l’idée de la numérisation des contenus.

Puis j’ai pensé qu’à cette dématérialisation, on gagnerait toujours ça que l’autodafé y perdrait sa matière première,  son objet, son fioul.

Une bonne nouvelle en somme? 

Non, parce que réflexion faite j’ai eu peur.

Les assassins n’ont pas brulé des exemplaires de Charlie Hebdo en place de grève,

ils ont assassiné des Hommes assis autour d’une table de rédaction,

des femmes et des hommes à leur lutrin. 

Ringardisé, vidé de sa valeur symbolique, l’objet imprimé n’aura pas pu jouer son rôle de  tampon, de paratonnerre. Oh il ne l’a pas toujours pu, même du temps de sa splendeur, mais enfin l’être de chair qui l’avait commis pouvait encore espérer courir devant, sans attendre son tour, en réchapper ?

Le seul que j’ai vu brandir un livre comme une arme, le brandir en signe de puissance ces dernières années, c’est Trump, devant une église – au moins on sait pouvoir compter sur quelques conservateurs et connaisseurs pour proclamer la sacralité du livre … -. 

Sommes-nous tombés si bas? Faut-il regretter le temps des autodafés?  Le temps où le livre incarnait  la mémoire de l’humanité, la connaissance en action, incarnait quelque chose, quelqu’un ? 

La dématérialisation du livre ne nous  dédouanera pas pour autant des tentatives de censure, de bannissement numérique, de captation, de manipulation de l’information, de la pensée.

La disparition du livre, si tant est qu’il doive disparaître, ne nous épargnera pas les pogroms, les élevages industriels de  boucs émissaires.

Parce qu’au fond, ce n’est pas le livre le problème.

Mais ce matin c’est le sujet.

Son destin est-il si incertain d’ailleurs? 

Il paraît qu’on n’a jamais publié autant de livres.

Pourtant il y aurait moins de lecteurs , de gros lecteurs.

Oh quelle époque illisible !

Mais alors qu’est-ce qu’on en fait de ces livres produits industriellement? En masse. Particulièrement ceux à destination des enfants.

Serions-nous assez hypocrites pour en gaver nos gosses à mesure que nous les délaissons?

On leur en donne à lire, on leur en prescrit, leur en administre, comme autrefois  l’huile de foie de morue.

‘Mais bois, puisque je te dis que c’est bon pour toi!’

Qui m’a raconté cette histoire de quelqu’un qui déchirait les pages de son livre à mesure qu’il les avait lues?  Chaque page une fois lue était froissée, jetée au feu, lue, froissée, jetée au feu. 

Ce quelqu’un devait avoir une excellente mémoire. Ou  très froid.

A l’âge de douze ans peut-être, passée la fièvre des bd, mes enfants me disaient ‘maman, c’est ennuyeux un livre’, sous-entendu en comparaison des jeux vidéo. ‘On t’impose un truc, une histoire, où t’as pas ta place. Un tunnel’. 

Bien sûr, j’ai défendu mon affaire.

Comment! Et tous ces blancs, et tous ces trous noirs que chaque auteur de fiction ou de non fiction d’ailleurs laissent derrière lui, béants. A toi de les remplir. Tu peux  sauter un chapitre si ça te chante,  abandonner la lecture au milieu d’une phrase, tu es libre de tes associations d’idées, de tes interprétations. Personne pour enregistrer, surveiller à ton insu le fil de ta pensée.  C’est ça la vraie liberté, sans fanfare. Ok tu as le choix dans tes jeux vidéos d’orienter l’histoire mais selon des schémas qui restent imposés, des options calibrées. En fait de liberté, c’est un leurre.

J’ai fait ce que j’ai pu.

Pas si convaincue au fond qu’il n’y ait pas du vrai dans leurs réclamations. L’idée qu’on réinvente le livre en ‘l’augmentant’ de suggestions sonores, visuelles, de lectures parallèles à celle de la lecture première,  en fait ça me plaît assez. 

Demain il ne s’agira plus de télécharger un livre fini qui aura été simplement numérisé, nous seront proposés ‘vraisemblablement’ – j’aime bien cet adverbe à la fois présomptueux et prudent, qui se dit comme on trébuche  –

Dans l’avenir, nous seront donc proposés ‘vraisemblablement’ sous un seul titre

un ‘contenu’ sensoriel, artistique, didactique, plus ou moins complet, à la carte.

C’est ce que l’époque requiert non? Agilité,  rebond.

Comment envisager le livre augmenté du futur?

‘Lecture dynamique’? Vivacité, rhizomes fantastiques?

Ou pensée tronquée, avortée, sans suite? 

Oui, l’avenir du livre est précaire, disputé. 

Parmi nos contemporains ceux qui lisent plus d’une dizaine d’ouvrages par an sont de plus en plus rares, ils ont dans leur grande majorité 50 ans et plus,

Je les connais bien, j’en suis, sans compter que ce sont eux qui viennent majoritairement nous rencontrer nous les auteurs en librairie.

Si le vieux maître qu’est le livre veut passer le cap de cette génération qui le vénère encore, il faut qu’il mette les petits plats dans les grands. Il faut que les jeunes générations s’emparent à nouveau de lui, au quotidien. 

Mais pourquoi le feraient-ils et comment…

Observons-nous, observez nos jeunes, nous tous êtres de technologie, vivre avec ces objets connectés, ‘high-tech’, qui sont nos créations, nos petits, ni plus ni moins que le livre,  observez comme on touche nos claviers,  nos doigts glissant, cliquant,  sans cesse en contact avec l’écran, à la fois bouclier et interface avec le monde. Gestes intimes. Sous l’oreiller, quand l’adolescent avait promis au parent qu’il éteignait. Dans le train. Regardez-nous, casque sur les oreilles, enfermé en soi avec lui, l’objet media – aux allures de livre classique d’ailleurs -, lui, l’objet media, outil, par lequel j’explore le monde en flux tendu, plus conscient de ce contact avec l’objet totem que concentré sur le contenu, perçu, vaguement souvent, vaguement, comme on laisse un téléviseur allumé chez les vieux, un téléviseur qu’on ne regarde pas, qui fait comme… ‘une présence’.   

Le livre augmenté sera uneco-création, une co-élaboration permanente ou ne sera pas?

D’ailleurs c’est ce que voulait dire mon fils avec cette affaire de tunnel. Il requérait de la lecture, la stimulation qu’il éprouvait à jouer à ses jeux vidéo,

où il intégrait  l’histoire du point de vue du guerrier un jour, du sage le lendemain. 

Cette proposition, cette notion d’horizontalité, de participation,

fait échos à un contexte contemporain politique plus large n’est ce pas?

Alors le livre augmenté, livre ou pas livre?

Le livre classique sera-t-il au livre numérique ce que l’homo habilis fut à l’homo sapiens?  Rien de plus, rien de moins?

Un personnage m’apparaît soudain. Celui de Calvero, le vieil et excellent artiste dans ‘Limelight’, les feux de la rampe, le film de Chaplin.  

Imaginez un instant que Calvero est le livre, qu’il est là, un peu saoul, à essayer de mettre la clef dans la serrure. Il voudrait pouvoir rentrer chez lui.

Il rentre enfin.

Mais bon sang, ça sent le gaz.  

Vous avez  vu le film? Vous avez la musique en tête?

Alors que j’écris ce texte, que je réfléchis à quoi tiennent la préciosité et la précarité du livre, s’impose à moi ce personnage de Calvero, créature fictive, de cinéma, personnage au coeur d’un film qui évoque encore un autre media,  celui du théâtre. 

Et moi, qu’est-ce que je fais d’autre ici, sinon appel à d’autres média que le livre, attirée que je suis vers d’autres pages de mon net intégré à moi.

Je rêve que Calvero est le livre personnifié,

Lui, rêve qu’il est sur scène, 

il fait son numéro comme au temps de sa splendeur

merveille

Dans son rêve, il  chante

I’m an animal trainer

A circus entertainer.

I’ve trained animals by the score… (…)

went through bankruptcy

and lost my whole menagerie

Bien sûr le grand maître doit faire des clowneries, des grimaces pour survivre, monter sur scène, remonter en selle,  encore et encore

When I was three, my nurse told me,

About reincarnation,

And ever since, I’ve been convinced,

Thrilled with anticipation,

That when I leave this earth,

It makes my heart feel warm,

To know that I’ll return,

In some other form

Le rêve se commue en cauchemar quand le vieil artiste réalise, que la salle est vide. 

Au théâtre, une règle dit que s’il y a plus de gens sur scène que dans la salle alors le spectacle peut être annulé.

Comptons-nous….

Ça va, nous n’en sommes pas là.

Qu’est-ce que le livre, ce support à la mémoire, à la connaissance, aux expériences des Hommes, a de si irremplaçable, de si précieux qu’on veuille le sauver du gouffre au bord duquel il se tiendrait?

Loin de toute idée de précarité, il nous est peut-être précieux, simplement parce que notre passé est plus en sécurité consigné sur du parchemin ou du papier chiffon, que sur des supports numériques constitués de métaux rares qui s’échauffent et s’érodent au moindre stimuli, obligenttous les cinq ans à copier les oeuvres numérisées sur le support technologique suivant pour être sûr de n’en rien perdre?  

Quoiqu’il semble qu’on ait trouvé la parade à la précarité de tous les supports médiatiques, livre confondu dans la masse, puisque l’information produite par l’humanité peut être désormais encodée génétiquement, traduite, via algorithme, du langage numérique binaire en code-lettre-génétique, puisqu’il semble qu’après traitement par des chimistes, ces  fractions de discours, d’images peuvent être fabriqués, exprimés en brins d’ADN artificiels, et l’archive encodée stockée dans une petite capsule.

On pourrait catapulter les petites capsules dans l’espace ? Au cas où on trouverait le moyen de s’auto-anéantir, tout ne se serait pas perdu du meilleur de notre passage dans l’univers ? Quelque chose de notre ADN, contenu dans les chromosomes du vivant, témoignerait de ce que nous fûmes, même artificiellement ?

Le problème n’est plus de prouver que ça marche paraît-il mais de parvenir à diminuer les coûts de cette technique de stockage de données. 

Les scientifiques promettent des dizaines de milliers d’années d’inertie à ce capital informatico-génétique, des centaines, des millions d’années, à condition que nos petites capsules aient toujours froids, restent dans l’obscurité.

La BNF!  Toute entière contenue dans une ou deux grandes malles de voyage, du genre de celles qu’on emmenait sur le Titanic. Non. Mauvais exemple.

A cette technique d’archivage, pas d’énergie secondaire, pas de pollution générée. L’éternité comme perspective. L’envers de la précarité pour le livre qui serait du voyage, entre autres. Enfin du voyage. Je parle du livre du passé, ou plutôt son contenu… Là notre livre classique, support papier, ou de parchemin,  en terme de longévité, c’est vrai, ne fait pas le poids.

Par contre en matière d’usage, il reste compétitif,

Pour étancher au débotté une petite fringale de lecture, on a plus tôt fait d’ouvrir un livre… parce que le temps d’introduire dans les séquenceurs le liquide / façon amniotique, qui contient les brins d’ADN artificiels, de les retraduire en langage binaire… l’envie pourrait se perdre en chemin.

Et puis ces petites capsules n’ont l’éternité pour elle que si elles ne deviennent pas un enjeu entre deux partis ennemis,

comme le fameux cloud, qui loin d’être un nuage est un ensemble de serveurs regroupés dans des fermes numériques, – qui elles aussi peuvent brûler, je reviens  à mon idée d’autodafé –

Donc ces petites capsules, tout comme le cloud,

sont périssables, ni plus ni moins que notre livre classique, leurs conditions de stockage pouvant être altérées par un acte malveillant, un tremblement de terre, que sais-je…

Ne désespérons pas du livre papier, ne désespérons pas que les gens en retrouvent le chemin, le goût, la nécessité. Si la mode vestimentaire des années 80 revient au goût du jour, c’est bien que tout peut arriver.

Le silence, la patience, le temps long, la méditation, toutes ces notions vintage reviennent à la mode. Pourquoi pas notre petit livre au format idéal, indépassable, outil millénaire inchangé. Parions qu’il gardera sa place dans nos boites à couture aux côtés de nos indémodables  aiguille à chas et  ciseaux.

Le livre a les qualités de ses défauts comme disaient les grand-mères

Il ne clignote pas.

Il n’envoie pas de stimuli à tort et à travers lorsqu’on le consulte pour détourner votre attention. Il impose qu’on soit tout à lui, rien qu’à lui, en pensée, en silence.

Il n’a qu’une voix, une voix à la fois. Ou plutôt deux. Celle de l’auteur, authentifié, responsable de ses mots, et la voix intérieure de celui qui lit. Et qu’on se rassure, c’est déjà assez pour faire la place à beaucoup d’interprétations

et d’ imbroglios, autrement dit de liberté.

Comment éviter que le livre soit relégué, quels sont ses armes et points forts?

Car si le destin du livre est précaire, relativement, oui,

il a aussi des points forts,  s’il nous est précieux pour les trésors de reliures, les livres enluminés, les premières éditions couchées dans ces cathédrales que sont nos bibliothèques, il est surtout précieux pour ce format indépassable que j’ai déjà évoqué, fait au moule de nos corps, de nos mains, de nos yeux, pas besoin de séquenceurs ADN pour le lire, on l’ouvre, et à table.

S’il est si précieux c’est pour son petit prix, accessible au plus large public, sans même que son utilisateur ait besoin d’énergie secondaire pour en faire usage. Il ne requiert que la lumière du soleil pour voir clair.

S’il est si précieux, c’est pour son silence.

Il deviendra une niche? On lira  comme on va à l’Opéra, au Théâtre? Peut-être. 

Il ne faut pas le jeter, même s’il est mauvais, car oui, il y a des mauvais livres,

mais on peut toujours s’en servir pour se tenir chaud, sans le mettre forcément au feu. Ces petites briques de cellulose massicotées, pressées comme il faut, constituent un excellent isolant thermique.

Cellulose… Organique, le livre.

Il a une odeur. Chaque livre a la sienne.

On le touche, il a une texture.

Son dos se casse? On le répare.

On le mouille? Il sèchera.

 Comme nous le livre papier craint l’eau, le feu, l’indifférence, l’oubli.

Autrement dit son sort est aussi assuré que le nôtre. Est-ce rassurant?

Comme nous’… c’est l’évidence, Le livre nous ressemble.

Parvenue à ce point de ma réflexion,  alors que je travaillais sur cette contribution,  je décide, forte de cette idée ‘géniale’ :  le livre nous ressemble, de lancer, innocente aux mains pleines,  une recherche sur la toile numérique pour étayer mon propos.

Je cherche, et  découvre, qu’un certain Monsieur Melot ! A pensé l’analogie entre corps de l’Homme et corps du livre avant moi? Mince.

Dépitée, je range mes métaphores, parce que j’allais broder sur le thème comme Cyrano sous les fenêtres de Roxanne, broder sur le corps du relieur penché sur celui du livre, sur sa tête, ses nerfs, son dos…

Organique le livre, au point d’être comestible écrit même Michel Melot qui cite lors de cette conférence que je découvre, tenue dans le cadre de l’Ecole de l’Institut d’histoire du livre en  2004, le célèbre passage de l’Apocalypse de saint Jean à qui l’Ange demande de manger un livre, et je cite : ‘la manducation du livre s’assimile à la rumination du texte sacré murmuré ou psalmodié’.

A la lecture de ce passage, un souvenir me revient, je souris, non, je ne pense plus à mon dépit, ce souvenir m’amène loin de l’hostie, loin de toute rumination christiano-cannibalistique. 

Cecilie. Cécile était le nom de la chienne de la relieuse en chef de l’atelier de reliure praguois où j’ai appris le métier et travaillé pendant douze ans.  Je me suis  installée en 1993 à Prague, à ce moment-là, je travaillais à une thèse en droit international. J’ai fini par laisser tomber cette thèse, pour apprendre le métier de relieur et écrire des romans. Donc en ce début des années 2000, les tchèques donnent à leurs chiens des noms de gens. Déroutant d’entendre une dame, ou un monsieur au détour d’une allée de parc, ou dans la rue, appeler, exaspéré ou attendri Cecile, Barbara, Emile! Au pied!

Bref un matin, j’arrive à l’atelier et trouve Radka, ma chef,  catastrophée.

– Qu’est ce qui se passe?

– C’est Cécile. Regarde sa tête. Couché Cécile! Je viens de lui passer un de ces savon. Elle a bouffé le dictionnaire de Mme Horakova! Regarde ce qu’elle en a laissé! Irrécupérable.

Tout le dos du gros dictionnaire, encollé de cette colle d’os mélangé à je ne sais quelles arêtes de poisson qu’on tenait au bain-Marie sur le réchaud, avait disparu, ne restait du bloc que des moitiés de pages, volantes.

Feu le dictionnaire de Mme Horakova, enfin ce qu’il en restait, gisait à terre.  Cecile,  dès que Radka détournait son regard d’elle pour me prendre à témoin de la catastrophe, fixait  sa maîtresse  en se pourléchant vite et largement les babines, avant que Radka, sourcils froncés ne revienne la fusiller du regard. Cecile reprenait alors son air contrit, comme il faut.

Oui, je peux témoigner, non pas de Jean mangeant le livre, qui devait d’ailleurs être bien plutôt un rouleau qu’un codex, mais de Cecile dévorant un dictionnaire. Le livre, organique, est définitivement comestible. Périssable. Je le sais, vous le savez, même les chiens le savent.

C’est la nature  d’un ‘être’ organique d’être mortel, où est le mal si son contenu est très mauvais, et qu’il est laid en plus, la première de couverture ratée, son papier de mauvaise qualité. Qui voudrait que ce livre-là soit immortel?   

Certains pourraient le vouloir, insister, leur être attachés au-delà de toute raison, indépendamment de l’intérêt intellectuel ou artistique que renfermerait l’objet, indépendamment de sa  rareté, de sa préciosité. J’en ai connus. A Prague encore.

Un jour, à l’atelier, une vieille cliente a apporté le livre sur lequel elle avait appris à lire petite. Le livre était dans un état de décomposition avancé, le papier calamiteux, sec. Elle disait qu’elle nous avait vu faire des miracles. Encore un?

– Non. Là ça ne va pas être possible madame.

Au dos des quelques cahiers encore solidaires, l’aiguille aurait fait filer le papier comme un bas. La dame était très déçue. Alors nous lui avons proposé de le massicoter avec précaution, le papier des bords étant si instable, et de créer pour son livre un coffret sur mesure. Nous  avons recouvert la boite de cuir,  imprimé sur le plat du coffret titre, auteur, en faux or. Elle était ravie. Un écrin selon la cliente. Un petit tombeau avais-je pensé. Mais n’était-ce pas ce que la dame voulait au fond?

Ainsi le livre nous ressemble t’il jusqu’au bout de la nuit.

Imprimés de faux or aussi les livres de la collection du Reader’s Digest que Maman commandait. Ne connaissant pas mieux, moi aussi je leur trouvais de l’allure à ces livres reliés.  Il faut se rappeler le contexte d’un monde populaire et rural où la génération d’avant la mienne quittait l’école à quatorze ans, ne connaissait de livres à la maison que le missel,  les prix d’excellence reçus à l’école, éventuellement. 

Non seulement l’objet, mais l’acte même de lire quand j’étais enfant, dans mon monde, était une affaire sérieuse, précieuse. Précaire aussi. Car suspecte selon mon grand-père. Et puis à force j’allais m’abimer les yeux se plaignait ma grand-mère : ce qu’on dit aujourd’hui à nos enfants quand ils sont sur leurs écrans. Nos outils changent mais notre regard sur eux…

Je ne savais pas que les romans du Reader’s Digest étaient condensés, qu’ils n’étaient pas intègres. Ils auraient donc pu m’apporter plus que ce qu’ils m’avaient déjà donné? 

Dans la bibliothèque toute neuve, en dessous des Reader’s Digest, il y avait Tout l’Univers, et en-dessous encore Le Mémorial de notre temps. L’Histoire, année après année depuis 39 jusqu’à l’année 80 je pense. Y étaient reproduits des articles de Paris Match en matière de politique, mode, culture. Cuba et l’incident de la Baie des Cochons, quel drôle de nom. Et cette  charge de la cavalerie polonaise contre les chars allemands en 39. Et découvrir les cadavres d’Auschwitz. Grandir d’un coup. Violent.

Mais touchons le fond du souvenir, retrouvons le goût du papier encré du catalogue de la Redoute de mon enfance. Index mouillé, Marie ou moi tournons les pages. Section jouet : ça c’est à moi! 

Section mode pour dame. Ça c’est moi! Non, elle c’est moi!

On les trouvait tellement belles ces femmes qu’on les découpait en petits morceaux, puis nous recomposions les tenues, les bottes de celle-là avec la chemise de cette autre.  Comme on riait, comme on rêvait. Se projetait vers l’avenir. Noël.

Alors le catalogue de la Redoute livre ou pas livre? Précieux ou non?

Je n’ai aucun souvenir des colis et des articles que maman devait bien recevoir.  Ne me reste que le goût du catalogue sur la langue,

Ah… Cécile. 

Que dire des quelques romans-photos abandonnés par ma mère et mes tantes après leur mariage. Toutes ces bulles où les mots des adultes prenaient corps. J’apprenais à lire, je comprenais à peine. Je reliais  (déjà) l’expression des visages sur l’image avec les mots qui étaient écrits pour gager ce que tout cela pouvait bien vouloir dire.  Oh l’imagier faisait bien son office. Facile à décrypter. Genre, l’amour pour les nuls.

Quelques années plus tard je découvrirais dans le placard de la chambre de mon oncle …  Rahan,  pas mon oncle, Rahan, le titre de la BD, Rahan le fils des âges farouches.

Nu ou quasi se battant au corps à corps avec un tigre à dents de sabre. Ah la belle bête. Rahan je veux dire.

Est-ce que ma grand-mère a jamais su que j’allais, comme sans doute chacun de mes frères, soeurs et cousins fureter dans la chambre de Dany ?

On y allait sans se le dire, chacun pour soi, car je ne me revois dans cette chambre ‘du haut’ que seule,  plongée  dans ces … livres ou pas livres?  

CONCLUSION

Dans le dialogue de Phèdre, Platon – vous ne  découvrirez pas cette citation mais moi je l’ai découverte en préparant cette petite contribution -, Platon s’inquiète d’un usage de l’écriture qui se développe à son époque, usage qu’il craint. Il craint l’écrit qui « produira l’oubli dans l’âme de ceux qui l’auront appris, parce qu’ils cesseront d’exercer leur mémoire. »  Moi, ça m’a tranquillisée de lire ça, si Platon s’inquiétait de l’émergence du livre, c’est comme la mode des années 80, tout peut arriver, donc dans le lot, même le meilleur.

Nous sommes aussi légitimes que Platon à avoir peur, pas de mais pour lui. 

La peur est un réflexe sain, qui sert à agir. 

Agir avec cette citation pour drapeau?

Extraite du requiem – et oui, quand même – des innocents de Louis Lacaferte, p95, folio

Te souviens-tu Schborn de cette époque dangereuse où nos godasses buvaient toute l’eau des rues? Te souviens-tu que notre désir était de lire et de lire. Ouvrir un de ‘leurs’ livres. Savoir, apprendre, comprendre, deviner, découvrir, dénicher la clé du monde. Ça nous tenaillait. La faim aux boyaux nous volions des livres dans les librairies. Nous attendions d’eux de fantastiques révélations.’

Pour finir, je dirais qu’à l’heure de la prolifération des mots de passe, la vérité est que les secrets de chacun d’entre nous n’ont jamais été plus menacés d’être découverts, pillés.

Et bien si tant est que peu de monde dans l’avenir ait l’idée d’ouvrir un livre, nous pourrons  toujours leur confier  nos secrets, ils seront bien gardés.

Détruire des livres, “dont Tintin et Astérix”. Un débat canadien?

Le 7 septembre 2021, Radio-Canada a annoncé en ligne « Des écoles détruisent 5000 livres jugés néfastes aux Autochtones, dont Tintin et Astérix ».

Dans un long article, le journaliste Thomas Gerbet révélait un épisode qui date de 2019, dont il semble qu’on ait peu parlé dans les médias et dont le texte laisse entendre qu’il a été récemment porté à la connaissance de la rédaction :

Une grande épuration littéraire a eu lieu dans les bibliothèques du Conseil scolaire catholique Providence, qui regroupe 30 écoles francophones dans tout le Sud-Ouest de l’Ontario. Près de 5000 livres jeunesse parlant des Autochtones ont été détruits dans un but de réconciliation avec les Premières Nations, a appris Radio-Canada.

Une cérémonie de “purification par la flamme” s’est tenue en 2019 afin de brûler une trentaine de livres bannis, “dans un but éducatif”. Les cendres ont servi “comme engrais” pour planter un arbre et ainsi “tourner du négatif en positif”.

Thomas Gerbet, Radio Canada, 7 septembre 2021

Le journaliste citait et exploitait un document de ce réseau de 30 écoles catholiques que la rédaction a « obtenu » et qui « détaille l’ensemble des titres éliminés, ainsi que les raisons invoquées ». Il s’agit de plus de 150 titres, BD, romans et encyclopédies auxquels le document reproche, comme à Tintin en Amérique « un langage non acceptable » des personnages, « des informations erronées, une présentation négative des peuples autochtones et une représentation fautive des Autochtones dans les dessins ». L’article revient explicitement, images à l’appui, sur des exemples jugés emblématiques, comme Astérix et les Indiens

Le site Asterix.com, auquel renvoie Hachette, propriétaire des éditions Albert René, ne mentionne que le film d’animation de 1994, inspiré de l’album La Grande traversée. Il ne peut donc s’agir, comme “le livre Pocahontas, tiré du dessin animé de Disney” évoqué plus loin dans l’article, que d’un Astérix et les Indiens. L’album du film. Nous ne l’avons pas trouvé au catalogue des Editions Albert René mais il figure bien à la BnF, daté de 1995. Nul besoin de le lire pour être certain qu’il véhicule des clichés et en tant que tels des “représentations fautives”. On ne sait si le catalogue a été modifié, lui qui propose pourtant encore les aventures d’Oumpah-Pah “le peau-rouge”, fruit de la première collaboration d’Uderzo et Goscinny et dont la première version toujours inédite aurait même été traduite en anglais (Oumpah-Pah. L’intégrale, Editions Albert René, 2011, p.22).

L’article faisait aussi le portrait de la « chercheuse indépendante » Suzy Kies, « coprésidente de la Commission des peuples autochtones du Parti libéral du Canada depuis 2016 », qui a « accompagné le conseil scolaire dans sa démarche».

En quelques jours, cette annonce a entraîné de nombreuses réactions au Canada et au-delà, une nouvelle ligne au débat sur la Cancel culture, la redécouverte du mot “autodafé”, une nouvelle enquête du même journaliste sur les prétendues origines autochtones de Suzy Kies, la démission de celle-ci de la Commission citée plus haut et la mise « sous révision » du projet « Redonnons à Terre Mère » (annonce sur le site du CSC Providence, qui arbore par ailleurs un encart publicitaire : « L’Ecole catholique. La meilleure éducation de langue française en Ontario »).

Le débat canadien, qui croise les questions sensibles des « premières nations », de l’Eglise et du fédéralisme, est complexe. La question des livres y est sans doute en partie récurrente. Le même site de Radio Canada propose encore un vieil article de 2015 qui annonçait le retour de Tintin en Amérique dans les bibliothèque de Winnipeg

Ce qui intéresse directement notre réflexion, ce sont les liens entre la matérialité des livres et leurs investissements symboliques, qui apparaissent à plusieurs niveaux. D’une part cet épisode reprend la conviction selon laquelle on pourrait combattre des idées en détruisant les livres qui les véhiculent. D’autre part il réactive le lien entre destruction des livres et une revendication écologique fallacieuse (ici le livre brûlé « recyclé » comme engrais ; ailleurs les liseuses numériques comme remèdes prétendus au livre si polluant…). Enfin la destruction de ces livres comme son dénonciation sont prises dans des enjeux qui les dépassent. La matérialité de ces livres pourrait de fait moins importer que les vraies questions que sont l’éducation des enfants et le respect des Autochtones mais qui ne sont mises en avant que pour masquer des enjeux de pouvoir: les élections législatives canadiennes ont lieu le 20 septembre.

[Benoît Tane, Le 12/09/2021]

Biblioclasmes. Terminologie et enjeux (2)

Présentation liminaire proposée dans le cadre de la rencontre Biblioclasmes#01 (5 février 2021)

Le paradigme des livres brûlés est un exemple particulièrement fort de cette approche complexe et délicate. Il faut d’ailleurs commencer par un refus, celui de montrer brutalement les photographies du 10 mai 1933, si souvent reproduites, qui n’étaient autre que des images de propagande nazie, partie prenantes d’un plan très organisé. Voir exposition à la Humbolt Universität de Berlin, 2001 et sa version en ligne encore consultable (dernière consultation, 06/05/2021) :http://buecherverbrennung33.de/mahnmal.html

On sait en effet que cet événement a constitué une étape symbolique majeure de la montée en puissance du parti nazi ; c’est la branche étudiante du NSDAP (créée en 1926, majoritaire dans les élections étudiantes dès 1929) qui avait programmé et organisé ces manifestations dans 21 villes universitaires pour la nuit du 10 mai 1933, à grand renfort de « propagande » (le terme de « Propaganda » était utilisé au sens de « communication » et ne visait pas, contrairement à l’usage actuel, à dénoncer spécifiquement une manipulation idéologique). Cette ligue avait combiné une série d’actions autour d’un programme intitulé « Wider den undeutschen Geist » (contre l’esprit non-allemand), qui ciblait les idées mais aussi les étudiants et les enseignants identifiés comme juifs et jugés comme tels « antiallemands ». Le programme avait ses mots d’ordre : douze « thèses » furent affichées – placardées – dans les Universités. Aux livres fut réservé un véritable rituel : les livres « donnés » par les bibliothèques des universités qui avaient accepté la liste noire ou pillés par les étudiants nazis, furent portés en cortège par camion jusqu’aux lieux prévus pour les brûler. A Berlin, Goebbels fit un discours ; partout on répéta des formules qui prétendaient ritualiser la destruction des livres et de l’esprit (Geist) auxquels ils appartenaient.

On perçoit bien à la fois la différence vertigineuse avec la politique d’extermination des juifs qui fut ensuite menée par le régime nazi mais également le lien symbolique qui relie ces événements. Ce lien est d’ailleurs souvent explicité dans les analyses historiques et dans les programmes « mémoriaux ». Voir l’exposition du United States Holocaust Memorial Museum et surtout la bibliographie très détaillée que le Mémorial propose en ligne (dernière consultation, 06/05/2021): https://www.ushmm.org/collections/bibliography/1933-book-burnings

Le monument commémoratif de Berlin est particulièrement intéressant dans cette perspective. Le monument a semble-t-il été conçu pour célébrer le 80e anniversaire du 10 mai 1933 mais il n’a été construit qu’en 1994. Dû à Micha Ullman (né en 1939-), il est intitulé « Bibliothek » et se situe sur l’actuelle Bebelplatz, l’ancienne Opernplatz sur laquelle les livres avaient été brûlés. Sous une dalle de verre, une ouverture carrée dans le sol laisse voir un espace cubique. Les quatre côtés verticaux sont occupés par une structure blanche de rayonnages séparés en casiers rectangulaires. Le fond est également blanc. Le titre de l’installation désigne cet espace comme celui dans lequel devraient être rangés et conservés des livres. Le feu a disparu ici, au profit d’une manifestation visuelle et plastique du vide par l’installation elle-même mais aussi par le cadrage photographique possible et par les circonstances des prises de vue, nocturnes par exemple alors que l’oeuvre est éclairée de l’intérieur…

Micha Ullman (1939-), « Bibliothek », Bebelplatz, Berlin, 1994
Photo de nuit: Daniel Neugebauer (nick: Energiequant) – Own work, CC BY-SA 2.5

Le monument est de fait moins spectaculaire de jour :

Micha Ullman (1939-), « Bibliothek », Bebelplatz, Berlin, 1994
Photo: Charlotte Nordahl – CC BY-SA 2

Et il n’a pas toujours été autant mis en valeur. Il a été menacé quand on a creusé un parking sous la place. Et 2013, l’état catastrophique du monument a attiré l’attention des médias allemands. Il a depuis été restauré, dans le cadre d’un partenariat avec une entreprise privée… Voir l’article du Taggespiegel du 8 mai 2013, accessible en ligne ici.

Ce monument, Denkmal zur Erinnerung an die Bücherverbrennung, est un mémorial et l’on utilise parfois le mot Mahnmal, moins fréquent en allemand que Denkmal et plus connoté du point de vue moral : il ne signifie pas seulement « faire se souvenir » mais « prévenir » (mahnen, ermahnen). Le mémorial voudrait donc prévenir tout événement similaire à celui qu’il rappelle, qui s’est produit là, devant l’opéra mais aussi la cathédrale et une partie de l’Université et de sa bibliothèque.

Le mémorial de Berlin s’accompagne d’une plaque qui porte une citation de Heine, considéré comme l’écrivain romantique allemand par excellence (1797-1856):

Das war ein Vorspiel nur, dort wo man Bücher
Verbrennt, verbrennt man auch am Ende Menschen

Heinrich Heine, Almansor, vers 243 à 244 (1ere publication complète en 1823)
https://www.projekt-gutenberg.org/heine/almansor/almanso1.html

Cette phrase est utilisée dans ces lieux de mémoire comme une quasi prophétie… Souvent traduite par “Ce n’était qu’un prélude, car là où l’on brûle des livres, on brûle à la fin aussi des hommes” mais qu’il faudrait, outre le fait de l’attribuer correctement au personnage de Hassan, rendre littéralement : “C’était seulement un prélude, car là où des livres
sont brûlés, sont brûlés aussi à la fin, des hommes” (traduction Benoît Tane). De fait, dans cette histoire située en 1499 à Grenade, après la Reconquista de l’Andalousie, cette citation ne renvoie pourtant pas à une prophétie mais à la réplique d’un personnage lorsque le grand inquisiteur fit brûler des milliers de livres théologiques islamiques. Le terme même d’autodafé, qui existe en allemand, n’est pas utilisé dans ce texte. Mais il ne serait pas ici hors contexte puisqu’il renvoie à l’Inquisition. En revanche, on voit qu’il y a un décalage entre cette citation dans son contexte, rarement explicite, et celui dans lequel elle est réutilisée à des fins mémorielles.

D’autres villes ont d’ailleurs leur propre mémorial, comme Hambourg qui utilise la même citation dans une autre installation mais qui l’accompagne aussi un marathon de lecture tous les 15 mai (il pleuvait semble-t-il le 10 mai 1933 à Hambourg et l’opération fut reportée de quelques jours), sous la bannière Verboten, verbrannt, vergessen? Bücherverbrennung Nie Wieder (“Interdits, brûlés, oubliés? Plus jamais de brûlement de livres”). Retrouvez le programme de cette année ici.

A ces monuments, nous n’associerons pas donc les images de la propagande nazie. On préférera mettre en avant d’autres représentations et un artiste comme John Heartfield (19 juin 1891–26 avril 1968), par exemple pour son collage en couverture du Arbeiter Illustrierte Zeitung, ce 10 mai 1933. Voir en ligne dans le Heartfield online, Katalog des grafishen Nachlasses von John Heartfield, Akademie der Künste, accessible ici.

Benoît Tane

Biblioclasmes. Terminologie et enjeux (1)

Présentation liminaire proposée dans le cadre de la rencontre Biblioclasmes#01 (5 février 2021)

Le terme « Biblioclasme » est peu fréquent. Cependant, il peut assez facilement nous renvoyer à l’iconoclasme qui désigne, avant l’idée générale d’une contestation de toutes les normes, la contestation des images (icono– vient du grec eikon), voire leur destruction puisque l’autre racine grecque que ce mot contient vient du verbe klastein, qui a le sens de « casser », « détruire ». Le biblio-clasme serait donc au livre (biblion) ce que l’icono-clasme est à l’image. Le terme semble aussi facilement s’opposer à la bibliophilie : l’amour (philia) du livre (biblion encore) aurait donc un « simple » pendant symétrique, celui d’une haine du livre telle qu’elle impliquerait la volonté de le détruire. Il entre enfin en résonance avec d’autres termes, directement associés à l’idée de censure, comme « autodafé », par lesquels le biblioclasme est plutôt perçu et abordé comme une attaque indirecte contre les idées, comme si les hommes qui les portent et les livres qui les supportent n’étaient que de simples artefacts d’une circulation intellectuelle abstraite, plus grande et plus noble qu’eux….

Cette apparente simplicité recouvre en réalité des phénomènes complexes et nous incite à revenir, même rapidement, sur ces trois aspects :

-1. D’une part le parallélisme avec l’iconoclasme nous indique déjà que les choses ne sont pas simples. Historiquement l’iconoclasme, qui s’est développé dans l’Empire romain d’orient aux VIIIe et IXe siècles, avait une dimension religieuse, liée aux tensions du christianisme dans l’Empire byzantin, et une dimension politique. On utilise aussi dans ce contexte le qualificatif « iconomaque » (mákhê : « lutte »), pour ce et ceux qui s’opposaient au culte des images, pour lequel on parle d’idolâtrie ou d’iconodulie. Iconoclasme/iconodulie ne constituent donc en rien un simple couple antagoniste entre ceux qui aiment et ceux qui n’aiment pas les images, et que l’on pourrait appliquer au domaine du livre.

A ce sujet, voir sur Hypothèses l’article de Séverine Boullay, « Querelle iconoclaste, querelle des images dans l’Empire byzantin (VIIIe-IXe siècle) » in L’Histoire à la BnF, 23/01/2019 [dernière consultation le 06/05/2021]: https://histoirebnf.hypotheses.org/5642

-2. D’autre part, dans ce domaine « du » livre, et j’emploie à dessein le singulier, il y a bien un fonds religieux mais il repose sur la notion délicate de « religions du livre », qui a pu être présentée comme un point de rencontre des trois religions monothéistes. Or la bibliophilie déplace largement ce fonds moins cultuel que culturel. La sacralisation des livres (et j’emploie ici à dessein le pluriel) à laquelle peut mener la bibliophilie est nécessairement ancrée dans un espace par ailleurs profane. Le biblioclasme échappe donc aussi au modèle strictement religieux. Dans ce contexte, on a d’ailleurs utilisé en français encore d’autres termes, comme « bibliolytie », littéralement « suppression des livres »…

-3. Enfin, la question de la censure n’est pas seulement une question idéologique, au sens où elle ne concernerait que les idées. Notons par exemple que « autodafé » peut aussi encore s’écrire « auto-da-fé » ; ce mot est en effet emprunté à une expression constituée de trois mots portugais Auto da fe, eux mêmes traduction du latin actus fidei. Ces expressions signifient littéralement « acte de foi » au sens de jugement (et de condamnation) au sujet de la foi. Le TLF précise que ce terme s’est développé en espagnol et en portugais à partir de la fin du XVe siècle dans le contexte de l’Inquisition catholique. Il s’agissait d’une condamnation au bûcher qui concernait autant les livres jugés hérétiques que leurs auteurs… On l’a aussi utilisé dans un autre contexte, celui des Bücherverbrennungen (littéralement « Brûlements de livres ») organisés par les nazis en 1933.

Comment repartir de telles références historiques majeures pour esquisser les grandes lignes de notre réflexion et les domaines si variés qu’elle souhaite par ailleurs convoquer ? Nous avons choisi de conserver le terme « Biblioclasme », malgré et à cause de ces références historiques, tout en se confrontant aussi à l’hétérogénéité des pratiques. C’est en ce sens que nous avons préféré mettre le terme au pluriel. Peut-être pour éviter d’essentialiser et de niveler des pratiques qui ne sont pas comparables les unes avec les autres. On retiendra ici trois axes majeurs qui permettent de ressaisir les enjeux dans cette présentation très synthétique.

Il s’agit ainsi d’envisager les biblioclasmes sous trois angles complémentaires et qui déplacent l’approche la plus courante :

-la matérialité des pratiques (et non sous le seul angle idéologique)

-la création artistique (notamment de la fiction littéraire) et non sous le seul angle de la recherche historique

-l’hétérogénéité culturelle (et non sous le seul angle de la sacralisation)

Benoît Tane

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search