Anéantir, le livre

Ce livre est ce que l’éditeur avait annoncé qu’il serait, sans en donner le titre, et qui avait été repris partout : « Ce nouveau roman sortira dans une édition reliée, à la couverture cartonnée, avec une tranchefile et un signet de couleur » annonçait Flammarion, en rééditant sous le même format trois précédents romans (brochure Rentrée littéraire 2022, encore en ligne).

On sait gré à l’auteur de reconnaître que les écrivains ne sont pas des gens qui écrivent mais des gens qui publient. Voire des gens qui contrôlent le marketing de leurs livres tout en parlant d’amour, comme le fait l’auteur au cours de l’entretien qu’il a accordé avant la sortie du roman, lors de la séance inaugurale du premier séminaire consacré à son œuvre, le 2 décembre 2021 (séminaire du CSLF de l’Université Paris Nanterre mais organisé dans le grand Amphi de la Sorbonne ; captation disponible en ligne).

Mais on avait oublié qu’il pouvait aussi être mis en vente sous un film plastique. Ce n’est cependant pas le premier livre interdit d’être lu par ce qui n’est une nécessité qu’au rayon charcuterie. On y avait vu ailleurs l’avènement d’un rassurant safe-text aseptisé (voir notre article en ligne).

Il y a autre chose ici. Le geste suspendu par la pellicule plastique fait surgir une autre temporalité. Le futur de la lecture était si proche qu’il en paraissait immédiat. Le futur du monde redevient ce qu’il devrait rester, une préoccupation et une priorité. C’est vrai, on a plus urgent à faire que de jeter un coup d’oeil dans ces pages. On ignore superbement que l’éditeur permet, depuis la sortie, de « feuilleter » en ligne une version numérique du texte… jusqu’à la page 18 sur 736. Et l’on passe à autre chose.

Oui, il faudra lire ce livre, comme ses autres livres. Il faudra simplement attendre qu’il ait paru en poche – si ce n’est pas interdit par contrat. On pourra même attendre de le trouver dans la rue. Ce ne sera pas parce que ses lecteurs l’auront jeté ou abandonné dans une boîte à livres. Ce sera juste la fin du monde.

Livré sous plastique, Anéantir précipite l’anéantissement. Parce que c’est un livre seulement pour le jour d’après.

[Benoît Tane, 3/02/2022]

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search