De l’utilité des livres pour emballer les denrées alimentaires

“Qu’on dise après cela que les romans ne contribuent pas à la civilisation. – Je ne parlerai pas des débitants de tabac, des épiciers et des marchands de pommes de terre frites, qui ont un intérêt très grand dans cette branche de la littérature, le papier qu’elle emploie étant, de loin, de qualité supérieure à celui des journaux.”

Théophile Gautier, Mademoiselle de Maupin, 1835.

« Couper-coller » : les matérialités divergentes de Cent mille milliards de poèmes du codex à l’écran

Cet article est issu d’une communication présentée le 11 juin 2021 dans le cadre de la séance Biblioclasmes « Couper-coller » par Marion LATA. La réflexion qui y est développée s’inscrit dans un travail de thèse en cours consacré à la matérialité des lectures papier et numériques, et qui cherche à théoriser la lecture d’exemplaire.

Texte majeur de la littérature combinatoire dont la publication suit de quelques mois la fondation de l’OuLiPo, Cent mille milliards de poèmes de Raymond Queneau constitue dans sa forme première l’un des livres coupés les plus célèbres de la littérature française. Pensé comme une « machine à fabriquer des poèmes »[1], il se distingue en effet par la conception matérielle de ses exemplaires : ses pages, séparées en languettes à assembler, offrent aux lecteurs un texte mobile, riche en possibilités de manipulation. Cet écart avec la forme traditionnelle du codex a contribué à la postérité importante de l’ouvrage, qui connaît de nombreuses rééditions et devient l’emblème de la branche la plus mathématique de l’OuLiPo. Du côté de la littérature numérique naissante, on y lit un geste de libération vis-à-vis des normes de la textualité imprimée, ce qui lui vaut d’être promu au rang de précurseur papier de la création hypertextuelle et générative, et adapté de nombreuses fois sur écran. Toutes les itérations que connaît le texte, quel que soit leur support, sont dès lors confrontées à la question de la traduction matérielle du coupé adopté par la première édition, et des gestes d’assemblage qui lui sont associés dans le temps de la réception. On se propose d’examiner ici quatre de ces versions, dont l’édition originale, à l’aune du sens qu’y prennent les opérations de coupe et de collage : recouvrant des réalités techniques différentes sur papier et sur écran, elles participent néanmoins d’une élaboration matérielle du texte souvent négligée, mais déterminante pour l’expérience de lecture. En effet, en rendant la forme des exemplaires variable, coupe et collage influent aussi bien sur la gestualité associée à leur lecture que sur la manière dont production et réception vont être symboliquement articulées. D’une version à l’autre, les différences observées dans la décomposition et la recomposition du texte rendent sensible la matérialité spécifique des supports mais la dépassent également : de coupe profonde en collage inamovible, c’est l’intensité des opérations d’édition qui se révèle déterminante pour en aborder l’interprétation.

L’édition Gallimard de 1961 : coupe partielle et collage éphémère

            Lorsqu’il paraît pour la première fois chez Gallimard en 1961 dans une mise en page conçue par Robert Massin, l’ouvrage présente certaines des caractéristiques d’un livre-objet. Il inclut en guise de préface un « Mode d’emploi » signé de l’auteur, qui en explique le principe combinatoire et fournit un ensemble d’instructions manipulatoires pour aborder ce codex à la forme inhabituelle.

Vue de l’édition Gallimard de 1961, mise en page de Robert Massi.

Passé ce seuil particulier[2], les lecteurs se trouvent face à un ensemble de dix pages à la découpe partielle : chacun d’elle est séparée en bandes régulières, du bord droit jusqu’à quelques dizaines de millimètres du bord gauche. La courte marge laissée intacte permet de maintenir l’ensemble en place tout en conservant l’impression d’une destructuration. La découpe rend ainsi sensible le concept de l’œuvre : chaque groupe de languettes offre, dans la profondeur du livre, le choix entre dix vers possibles. Dans l’organisation verticale de la page, ce sont quatorze vers qu’il faudra sélectionner afin de former un sonnet, permettant 1014 combinaisons, soit cent mille milliards de sonnets potentiels. À la coupe, donnée technique de la production des exemplaires du texte, est donc virtuellement associé, du côté de sa réception, un geste de collage : il s’agit pour les lecteurs de composer, ou plutôt de recomposer temporairement une page en réorganisant le feuilletage mis à leur disposition. L’épaisseur et la rigidité du papier choisi protègent le texte de toute déchirure  accidentelle, mais en compliquent parfois, du moins selon certains critiques, le maniement[3]. Les languettes gardent facilement trace des pliures auxquelles elles sont soumises, et le système de rabat destiné à les maintenir en place n’annule pas tout à fait la pression induite par la reliure, qui rappelle tactilement l’ordre des pages. Le livre est ainsi plus conçu pour faire éprouver l’éventail des possibles de la composition plus que pour faire exister nettement des sonnets particuliers. Après tout, comme le souligne malicieusement Queneau dans son mode d’emploi, il faudrait, pour assembler et lire la totalité des poèmes possibles, « 190 258 751 années plus quelques plombes et broquilles » en s’y consacrant de façon continue. Ce qui importe dès lors, c’est que le geste de composition soit visiblement autorisé, voire mis en scène par l’ouvrage. Sa précision et sa facilité d’exécution peuvent rester secondaires : la mise en mouvement compte plus que la fixation d’un résultat.


Cent mille milliards de poèmes dans la Bibliothèque de la Pléiade, un collage génétique

            Suite à cette première édition, on constate que dans les versions suivantes de l’œuvre, sur papier comme sur écran, le « collé » semble prendre le dessus ; cependant, son sens va évoluer selon le support de manière significative, influant à la fois sur l’expérience matérielle de lecture et le mode de production des sonnets individuels. Ainsi, la reprise de Cent mille milliards de poèmes dans le tome I des Œuvres complètes de Raymond Queneau de la collection de la Pléiade en 1989 ne va pas sans susciter de tensions techniques, conduisant à une réinterprétation matérielle du texte. La collection constitue un moule éditorial fixe, dont toutes les caractéristiques – format réduit, impression sur un papier bible fin et assez transparent – semblent s’opposer à la découpe et au maniement de languettes. Il n’est donc pas surprenant que les éditeurs fassent le choix d’imprimer les différents vers « à la suite », non plus en feuilletage mais bien sur des pages intactes, chacune étant porteuse de ce qui se présente naturellement comme un sonnet individuel.

Vue des pages 340 et 341 du tome I des Oeuvres complètes de Raymond Queneau, édition Claude Debon, Bibliothèque de la Pléiade, Gallimard, 1989.

Chaque vers est séparé du suivant par une ligne imprimée qui marque une découpe symbolique, sans cependant s’étendre jusqu’au bord extérieur : on revient ainsi à la convention d’une double marge. En somme, au texte coupé se substitue un texte visiblement collé, ou même recollé, ce qui réduit la palette des gestes offerte au lecteur. L’impression recto-verso des sonnets, ainsi que la probable répugnance à intervenir sur un exemplaire luxueux au papier fragile, rendent impossible une découpe secondaire dont il prendrait l’initiative. Il ne s’agit plus de reconstituer manuellement les différents sonnets possibles, mais bien d’imaginer cette recomposition à partir de pages qui conservent leur unité. En d’autres termes, on virtualise à la fois la coupe et le geste de réception qu’elle conditionne pour préserver l’unité éditoriale de la collection.

            La fonction du « Mode d’emploi » de Queneau, qui reste présent à l’ouverture du texte, évolue donc légèrement dans ce contexte : quand il venait donner sens à la forme particulière de l’ouvrage dans l’édition originale, il supplée désormais à l’absence de cette forme en la décrivant. C’est ainsi une matérialité imaginaire qui est infusée aux exemplaires de la Pléiade. En regard, le choix éditorial consistant à « recoller » les sonnets met en valeur la postface de François Le Lionnais, déjà présente dans l’édition de 1961. Le Lionnais y explique que pour concevoir l’œuvre, Queneau a d’abord écrit « dix sonnets géniteurs », en cherchant à leur donner une unité thématique, sonnets dont les vers ont ensuite été partiellement découpés lors de la mise en page pour contribuer à former ce qu’il appelle des « sonnets dérivés ». Dans la mesure où ces dix sonnets correspondent aux dix pages coupées de l’édition de 1961, le choix des éditeurs constitue un choix génétique : comme en témoignent les notes de l’édition Pléiade, il s’agit ici de reconstituer un état antérieur du texte, une composition auctoriale première, symboliquement plus originale que l’original. La colle génétique dont il est fait usage s’inscrit logiquement dans la ligne éditoriale de la collection, qui met nettement en avant la figure de l’auteur, que ce soit visuellement par l’impression de portraits sur ses emboîtages, ou scientifiquement à travers un apparat savant à orientation historique qui donne à voir la fabrique du texte. Cette valorisation de la composition auctoriale se fait au détriment des recompositions secondaires permises aux lecteurs par l’édition de 1961, et des contingences qu’elles introduisaient dans le texte. Elle fait apparaître, en négatif, l’une des fonctions symboliques du coupé originel : une délégation aux lecteurs, non de la composition auctoriale du texte, qui constitue justement le donné avec lequel il va être possible de jouer, mais plutôt d’une composition éditoriale, donnant naissance à des pages inédites, malgré leur existence seconde et provisoire.

La tradition des adaptations numériques génératives : le collage algorithmique de Magnus Bodin

            La question de la coupe du texte, qui on le voit pose problème dans un cadre éditorial imprimé où l’on s’écarte assez rarement des conventions matérielles propres au codex, est justement ce qui a contribué à l’importante postérité numérique de Cent mille milliards de poèmes. Cette postérité est double : désignée comme l’un des grand ancêtres sur support papier de la littérature numérique, l’œuvre connaît également une longue série d’adaptations. Abondamment citée par les auteurs et par la critique, elle est en effet relue de manière quelque peu finaliste à l’aune des possibilités techniques propres à l’informatique, comme « appelant » la numérisation pour que soit pleinement réalisé le projet de Queneau. Ainsi, elle est même la première œuvre de littérature française à connaître une transposition numérique : en 1975 Paul Braffort, autre membre de l’OuLiPo, propose une version informatique dans laquelle les sonnets sont générés sur ordinateur et imprimés individuellement[4]. L’histoire éditoriale du texte se prolonge en parallèle sur support numérique de manière plus officielle : en 1999, Gallimard édite le CD-rom Machines à écrire, qui propose divers modes de composition du texte adaptés aux capacités techniques de l’ordinateur. Mais on voit aussi apparaître, avec le développement d’Internet, un grand nombre de reprises officieuses, qui apportent leurs propres modifications à l’organisation matérielle de l’œuvre. Au point que dès 1997, un procès oppose les héritiers de Queneau à l’université Paris VIII et à un laboratoire du CNRS concernant l’hébergement sur leurs serveurs de versions non-autorisées du texte. Le verdict influence directement la jurisprudence du droit d’auteur sur Internet et sur ce qui peut dans ce cadre constituer une contrefaçon.

            Les versions numériques en cause, accusées de « dénaturer » la structure de l’œuvre[5], utilisent toutes deux la combinatoire informatique pour assembler les sonnets possibles écrits par Queneau. Il existe aujourd’hui en ligne des adaptations reposant sur le même principe, qui donnent un sens nouveau aux notions de « coupe » et de « colle » dans l’œuvre. On s’intéressera ici particulièrement à la version proposée sur son site par Magnus Bodin, qui est à la fois générative (chaque clic y fait apparaître une nouvelle combinaison de vers) et trilingue (on peut pour chaque combinaison accéder à des traductions en anglais et en suédois du poème). Ce type d’adaptation requière, sur le plan technique, de coder un générateur qui intègre par le biais d’un algorithme tous les vers du texte, et combine donc à chaque actualisation un sonnet différent. Ce fonctionnement a pour conséquence de supprimer toute coupe matérielle : les pages coupées de l’édition de 1961 sont remplacées par des « pages » web qui conservent visuellement leur intégrité et où les sonnets apparaissent parfaitement collés.


Capture d’écran d’un sonnet généré au hasard sur le site de Magnus Bodin, https://x42.com/active/queneau.html

L’effacement de la coupe permet ainsi de mesurer toute la différence qui sépare ces deux types de pages, de même que les modes de production des exemplaires papier et numériques d’un texte. Contrairement à son homologue de papier, une page web est parfaitement opaque, sans volume ou profondeur apparente : la page du site affiche uniquement ici le résultat de la composition machinique des sonnets en en masquant le processus, là où l’édition de 1961 avait pour particularité de mettre en scène cette composition. La composition elle-même, parce qu’algorithmique, est en effet proprement illisible : relevant du code, et donc du calcul informatique, elle ne se fait pas en langue naturelle et est exclue de l’affichage destiné aux lecteurs. Le choix technique qui est fait ici tire parti des propriétés de l’exemplaire numérique qui, contrairement à l’exemplaire papier, possède une restitution dynamique : ce qui s’affiche sur mon écran est perpétuellement recalculé à partir des données du code de la page web consultée. Dans cette version, la labilité d’affichage est utilisée pour réinscrire la page à chaque clic, donnant lieu à des lectures strictement différenciées. En lieu et place des exemplaires uniques à combinaisons multiples de l’édition de 1961, on multiplie ici les exemplaires possibles par le biais d’un effet de colle algorithmique nous présentant des poèmes « tout faits ».

            La soudure sans découpage apparent des vers a un effet direct sur la lecture du texte : non seulement les lecteurs n’assemblent plus les sonnets eux-mêmes, mais ils n’ont plus accès aux différents possibles simultanément. Difficile, face à une telle mise en forme, de se livrer au calcul expliqué par Queneau dans le « Mode d’emploi », d’ailleurs absent du site, et d’envisager les sonnets comme le résultat d’une sélection vers à vers entre dix possibilités. Par ailleurs, l’ajout du choix de la langue du texte produit multiplie dans les faits les sonnets possibles : les traductions constituent en effet un autre type de variante, qui vient démultiplier le texte recomposé. Si la machine prend désormais en charge cette recomposition, les gestes proposés aux lecteurs évoluent : l’action de cliquer, qui remplace le maniement des languettes, est un geste d’activation, destiné à déclencher le calcul, mais sans offrir de contrôle sur son résultat. Ce n’est donc plus le fait de coller le texte qui est délégué à la réception, mais le déclenchement de cette opération. Comme pour l’édition de la Pléiade, le collage passe du côté de la production de l’exemplaire ; cependant, la suppression de sa découpe a dans la version de Bodin des effets symboliques à peu près inverses de ceux qu’elle avait dans cette collection. En effet, bien que les sonnets générés soient toujours signés « Raymond Queneau », on s’écarte de toute référence à une forme originale du texte qui en orienterait la lecture : les « sonnets géniteurs » disparaissent ici avec les pages du codex, de même que toute instruction auctoriale concernant la lecture. Là où le collage génétique reposait sur la mise en valeur d’une figure de l’auteur au travail, le collage algorithmique met essentiellement en avant le pouvoir éditorial de la machine.

La version web du collège Berlioz de Colmar : réversibilités du couper-coller numérique

            Cependant, toutes les versions numériques ne privilégient pas un assemblage automatique : comme pour les éditions papier, la place accordée au couper et au coller relève de choix de mise en forme qui ne sont que partiellement dictés par les propriétés techniques des supports. L’adaptation de Cent mille milliards de poèmes proposée par le collège Berlioz de Colmar en constitue un exemple particulièrement intéressant. Fruit d’une appropriation pédagogique, cette version multiplie les modes de lecture possibles du texte, ce qui la rend dans une certaine mesure plus proche, on le verra, de l’édition de 1961 que la version imprimée de la Pléiade.

Copie d’écran du dispositif de présentation du texte sur le site du Collège Berlioz de Colmar; http://emusicale.free.fr/HISTOIRE_DES_ARTS/hda-litterature/QUENEAU-cent_mille_milliards_de_poemes/_cent_mille_milliards.php

L’apport principal de cette adaptation consiste en l’inscription des vers possibles sur quatorze menus déroulants. Affichables par un clic, ces menus créent un fenêtrage qui tient autant de la page (les possibles s’affichent tous dans un même espace) que de la liste de languettes (au passage du curseur, chaque languette se trouve visuellement « découpée » par un effet de grisé qui marque la sélection). La coupe ne devient donc visible ici qu’à travers les gestes de réception : elle nécessite de ma part une action qui a des conséquences matérielles sensibles sur l’exemplaire numérique. Le fenêtrage, ainsi que les gestes de sélection des lecteurs, viennent remplacer le feuilletage de l’édition de 1961, en conférant à l’affichage une profondeur qui se substitue à la profondeur du codex. Il faut de ce point de vue noter  que c’est un autre type de page que les menus déroulants donnent à lire : non plus celles des sonnets géniteurs avant découpe, mais celles que formerait l’assemblage de tous les possibles pour un vers donné. Le coupé est par ailleurs associé au collé de manière plus étroite que dans les autres versions : le clic de sélection efface immédiatement le fenêtrage pour ne plus afficher que le vers choisi, ainsi recollé sur la page web.

            Il est intéressant de noter que ce type de fonctionnement entre directement en écho avec le sens qu’a pu prendre, dans un contexte numérique la notion de « couper-coller ». Le « couper » du numérique n’est plus une opération qui peut jouer sur le volume du support, comme c’était le cas avec la découpe sur papier, et il ne constitue pas non plus une opération de suppression du texte comme peut l’être une coupe franche dans un codex. Il s’agit plutôt d’un geste de déplacement du texte, qui implique nécessairement un collé subséquent : sur écran, on coupe toujours pour coller. Dans cette version, l’essentiel des effets de coupe du texte sont réversibles en effet de collage (réduits cependant à l’échelle des vers). En ce sens, elle se rapproche, dans les opérations matérielles qu’elle propose, de l’édition de 1961, qui associait découpe partielle et « collé » provisoire. La différence majeure reste ici que le couper-coller se fait sur la page web sur le mode de l’apparition et de la disparition, quand le codex reste lui lisible dans sa profondeur. Là où les autres versions considérées avaient tendance à effacer le caractère incomplet de la coupe de 1961 en accentuant les effets de collage, celle-ci le transpose, et propose de ce fait un répertoire de gestes de réception plus étendu. Les gestes d’accès et de sélection aux menus déroulants ne sont en effet pas les seuls qui me sont proposés : un bouton « aléa » situé à droite des menus autorise également une sélection aléatoire, et conditionne donc un geste d’activation similaire à celui requis par la version de Magnus Bodin. Ce choix dans le mode de composition des sonnets est complété par la présence d’un bouton « Imprime ton poème » en bas de la page web : cette fonction me permet de créer un exemplaire papier non coupé à partir de la composition seconde réalisée sur la page web, soit le collage définitif d’une inscription dynamique. Le geste d’édition qui était délégué à la réception dans l’édition originale se trouve en quelque sorte radicalisé, accentuant la responsabilité des lecteurs dont le travail d’assemblage n’est plus uniquement temporaire, et le faisant déboucher sur une forme de production. Bien que le nom de Queneau apparaisse toujours sur la page, la figure auctoriale perd ici quelque peu en autorité face à celle d’un lecteur qui compose « son » poème en choisissant entre collage manuel et collage machinique.

Profondeur de la coupe et permanence du collage

            La comparaison entre les différentes versions du texte permet de faire ressortir deux facteurs de variation déterminants pour analyser les équilibres matériels qu’elles construisent : la profondeur de la coupe et la permanence du collage. Bien que ces deux opérations se manifestent différemment sur papier et sur écran, elles y conservent une certaine validité, la textualité numérique héritant d’un ensemble de pratiques culturelles et techniques façonnées par l’imprimé, et permettant en retour de mieux en percevoir le sens.

            L’effet de profondeur dans la coupe qui distingue l’édition de 1961 permet de donner accès, de manière presque immédiate, aux différents possibles de composition, dans un dévoilement symbolique de la fabrique éditoriale du texte. Soumise à ses propres contraintes d’édition, la version de la Pléiade lui préfère une coupe imaginaire, représentée mais dénuée de ses propriétés techniques, qui ramène en quelque sorte le concept originel de l’œuvre à son abstraction mathématique. Dans la version générative proposée par Magnus Bodin, la coupe devient à l’inverse trop profonde pour la lecture : elle cache là où celle de 1961 révélait. Dépendante du code informatique, cette coupe a lieu en dehors du champ de lisibilité du texte, c’est-à-dire hors écran. La version du collège Berlioz, pour sa part, présente une coupe de surface, au caractère temporaire, qui tire parti du dynamisme de l’écran pour apparaître et disparaître à volonté. Derrière l’enjeu de visibilité et de lisibilité se cache, on le comprend, un enjeu d’autorité symbolique, qui se déplace en fonction du type de coupe adopté : celle-ci détermine en effet qui de l’auteur, des lecteurs ou de la machine va garder la main sur la (re)composition du texte.

            La permanence du collage proposé vient enrichir cette tension autoritaire en faisant varier le contrôle de la forme matérielle du texte entre les pôles de sa production et de sa réception. Parmi les versions considérées, deux placent l’opération de collage du côté de la production des exemplaires : l’édition de la Pléiade et le site de Magnus Bodin. Elles font donc des sonnets proposés un donné et non plus un choix laissé aux lecteurs, ce qui modifie le statut du texte. Ce choix réduit également les possibilités de comportements de lecture émergents, qui tirent parti de la matérialité des exemplaires pour en faire des usages imprévus : il est difficile voire impossible de recouper des languettes dans un tome de la Pléiade, ou de lire les possibles vers par vers sur la page web de Bodin. L’effet de colle est ici plus marqué, en ce qu’il assure une stabilité matérielle plus grande aux exemplaires. Cependant, la Pléiade reste plus permissive que la version générative, car elle se prête plus facilement à des recompositions mentales des sonnets, tous les vers restant accessibles parallèlement. Il est au contraire assez difficile de garder en tête toutes les alternatives en lisant les pages web générées, ce qui modifie le rapport au texte de manière substantielle. L’édition de 1961 comme la version du collège Berlioz font au contraire du collage une prérogative de la réception, ce qui a pour effet de rendre le texte plus directement mobile, selon les spécificités techniques de chaque support. Le texte numérique est ici, paradoxalement, plus « stable » que son équivalent papier. Les compositions permises par l’édition de 1961 sont en effet fragiles, et il est finalement plus aisé de lire chaque vers possible languette après languette que de fixer un sonnet précis dans l’ouvrage. En retour, cette version se prête facilement aux appropriations, et notamment à la découpe complète : pour qui ne craint pas de modifier son exemplaire définitivement, il est très simple d’en détacher les différentes languettes. La version numérique se distingue pour sa part en laissant en quelque sorte à ses lecteurs le choix quant à la permanence du collage produit. L’absence de profondeur de l’affichage sur écran permet de fixer temporairement un sonnet particulier, mais il se trouvera effacé à la moindre actualisation de la page web ; l’impression ouvre au contraire à une inscription permanente, mais a pour effet d’isoler le sonnet de son contexte originel de production et des variantes textuelles qui l’entouraient.

            En somme, si l’opération de coupe influe directement sur les possibilités d’accès au texte, et donc sur ce qui est effectivement lu, le collage concerne lui le statut matériel de ce texte lu, son degré d’autonomie et sa pérennité vis-à-vis de l’ensemble des possibles de lecture. Texte mobile par excellence aussi bien dans ses diverses reproductions que dans ses différents modes de réception, Cent mille milliards de poèmes interroge la place que doivent concrètement occuper ces possible,  radicalisant une situation qui vaut de fait pour toute œuvre : d’un exemplaire à l’autre, d’une édition à l’autre, d’un support à l’autre, chaque lecteur particulier n’aura pas nécessairement lu le « même » texte. En rendant matériellement sensibles ces variations, la coupe et le collage sont bien, comme en témoigne leur étroite association dans le vocabulaire de l’édition numérique, les deux faces d’un même phénomène de mise en forme du texte qui empêche de le réduire à sa lettre, mais nous invite à donner aux différences matérielles de lecture la place qu’elles méritent dans l’économie de sa réception.

[1]Raymond Queneau, « Mode d’emploi », Cent mille milliards de poèmes, Gallimard, 1961.

[2]Pour une analyse du statut particulier des textes littéraires à mode d’emploi, qui traite entre autres de celui de Cent mille milliards de poèmes, voir Marion Lata, « Les textes à lecture ludique, entre mode d’emploi et règles du jeu » dans La lecture dans tous ses états. Actes du colloque international des Rencontres littéraires de Reims, sous la direction de Christine Chollier, Marie-Madeleine Gladieu, Jean-Michel Pottier et Alain Trouvé, Éditions L’Improviste, 2019, p. 75-83.

[3]Voir notamment, pour une perspective issue de l’OuLiPo, Paul Fournel, Atlas de littérature potentielle, Gallimard, 1988, p. 298-299.

[4]Cette version fut présentée pour la première fois à Bruxelles lors de l’exposition Europalia. Il s’agit de la première numérisation publique de l’œuvre : dès 1961, Dmitri Starynkevitch proposa à Queneau des sonnets composés informatiquement à partir d’un programme de sa composition, mais ce programme lui-même n’a jamais été diffusé. Pour plus de détails sur l’histoire des versions génératives du texte, voir Jonathan Baillehache, « The Digital Reception of A Hundred Thousand Billion Poems », Sens public, 2021, http://sens-public.org/articles/1498/. Je remercie Benoît Tane de m’avoir signalé cette référence.

[5]Les ordonnances de référé des deux procès sont consultables aux adresses suivantes : https://www.legalis.net/jurisprudences/tribunal-de-grande-instance-de-paris-ordonnance-de-refere-du-5-mai-1997/ et https://www.legalis.net/jurisprudences/tribunal-de-grande-instance-de-paris-ordonnance-de-refere-du-10-juin-1997/. Dans l’ordonnance du 5 mai, l’accusation avance notamment que « l’acte de diffusion entraîne ipso facto une dénaturation de l’œuvre à raison de son insertion dans un cadre non neutre constitué par la page Web et qu’au surplus les vers reproduits et tels qu’ils sont visualisés ne respectent pas la structure même de l’œuvre ».

Marion LATA, doctorante en littérature comparée, université Sorbonne Nouvelle-Paris 3, CERC