Biblioclasmes. Rencontre inaugurale#0

« Précarité/préciosité du livre »

Vendredi 5 février 2021 10h-12h

« Détruire les livres » ne saurait constituer un mot d’ordre et encore moins a priori pour ceux qui les fabriquent, ceux qui les vendent, ceux qui les lisent et les utilisent, ceux qui les mettent à disposition du public. Tous ces acteurs du livre contribuent à le préserver, à le conserver, voire à le restaurer…

Mais c’est donc que le livre peut s’abimer. Comme tout bien matériel, en user, c’est l’user aussi, le faire circuler, c’est lui faire prendre le risque d’une détérioration progressive, normale mais également parfois accélérée, insouciante mais également parfois volontaire. Le philosophe George Steiner nous le rappelle : « nous avons tendance à oublier que les livres, éminemment vulnérables, peuvent être supprimés ou détruits », et qu’ils contiennent « en germe la possibilité, l’éventualité d’une fin » (Le Silence des livres, 2006).

La préciosité des livres, la valeur spécifique et si élevée que nous pouvons leur attribuer, est-elle directement liée à leur précarité, à leur fragilité matérielle ?

Nous voulons interroger ces processus en apparence simples parce qu’ils seraient linéaires (dégradation progressive), unilatéraux (les usagers usent, les conservateurs conservent…) et univoques, le livre constituant un bien commun à protéger.

Dans les pratiques professionnelles du monde du livre, de l’édition, de la librairie, des bibliothèques, ne doit-on pas également faire des choix, ou des erreurs, qui contribuent à la détérioration ? Quels seraient les rapports symboliques entretenus avec la conservation ou au contraire l’abandon des livres ?

Dans les pratiques artistiques, ne met-on pas en œuvre des gestes qui sont des gestes d’agression comme le découpage ou le collage ? Ne met-on pas en scène des personnages qui, pour être des amoureux des livres, n’en sont pas moins parfois animés par un désir ambivalent ? Que l’on songe aux bibliophiles du xixe siècle qui n’hésitaient pas à « mutiler » leurs exemplaires en les dépouillant de leur reliure d’origine pour y substituer une enveloppe plus splendide encore.

Les pratiques professionnelles de conservation ou de restauration tout comme les usages plus informels, voire « sauvages », développés autour du livre, posent donc la question de la fragilité et de la finitude inscrites dans la matière même du support livresque. Le caractère foncièrement éphémère du livre est dès lors susceptible d’entrer en conflit avec des représentations collectives qui tendent à le tirer, au contraire, du côté d’une quête d’éternité.

Rencontre inaugurale autour des organisateurs et des premiers intervenants prévus.

La rencontre aura lieu à distance. Contactez les organisateurs pour y assister/participer : marine.le-bailATuniv-tlse2.fr ; benoit.taneATuniv-tlse2.fr

Les communications et les rencontres « en présence » sont reportées

à une date ultérieure.

Programme de recherches et de manifestations scientifiques 2020-2025

Marine Le Bail, Benoît Tane, Université de Toulouse Jean-Jaurès, LLA creatis / PLh

Soutien MSH Toulouse-Workshop 2021

Désherbage. IOUPI ! Un conte de Noël

Le premier janvier 2021, le journal Le Monde a mis en ligne un article intitulé « Faire de la place dans sa bibliothèque, entre crève-coeur et libération » (https://www.lemonde.fr/livres/article/2021/01/01/faire-de-la-place-dans-sa-bibliotheque-entre-creve-c-ur-et-moment-de-liberation_6065000_3260.html). Macha Séry, journaliste et romancière elle-même, y applique plaisamment la question du « désherbage » des bibliothèques publiques aux pratiques de cinq personnalités du monde de l’édition dans leurs propres bibliothèques, tout en prenant cette précaution : « Il ne s’agit nullement de jeter des livres, tant existent de solutions de rechange dans l’économie circulaire et solidaire »… Circularité et solidarité sont les deux mots magiques qui mettent à distance la destruction des livres.

L’industrie papetière en avait donné sa version façon métempsychose : « Le chat a 9 vies. Le papier en a 5 », que l’on trouve encore en couverture du rapport d’activité de 2013 d’Ecofolio, « société privée à but non lucratif » agréée par l’État pour développer le recyclage du papier en France avant qu’elle ne fusionne avec Eco-Emballages sous le nom de Citeo en 2017. Le slogan était une déclinaison du principe « Tous les papiers ont droit à plusieurs vies » et avait fait l’objet d’une campagne de communication en 2012, aux cotés d’autres, dont on peut encore trouver des traces : « Dans une prochaine vie, ce prospectus sera peut-être une lettre d’amour » (https://thegreenwasher.files.wordpress.com/2012/10/2012_10_14.jpg).

Il est vrai que les bibliothécaires avaient tiré les premiers avec la métaphore jardinière du « désherbage ». L’anglais est moins flatteur qui parle d’expurgation. Sans compter que la technique CREW américaine de sélection des livres à éliminer a été transformée en IOUPI par la BPI qui, non contente de jubiler, est la « première grande bibliothèque à n’avoir eu aucun devoir de conservation patrimoniale » nous explique un document très précautionneux à destination des professionnels disponible dans la bibliothèque numérique de l’ENSSIB (Désherbage, Bibliothèque départementale de la Sarthe, 2007, p. 4 ; enssib.fr/bibliotheque-numerique/documents/61098-desherbage.pdf).

De fait, l’acronyme inventé en 1987 pour trier les livres de plus de 10 ans et non empruntés depuis 3 est un peu forcé : Incorrect, Ordinaire, Usé, Périmé, Inadéquat… peuvent s’ajouter aux critères temporels et se combiner les uns aux autres ; voir Le Désherbage : élimination et renouvellement des collections en bibliothèque, BPI, 1987 ; voir aussi Françoise Gaudet et Claudine Lieber, Désherber en bibliothèque. Manuel pratique de révision des collections, 2013, Editions du cercle de la Librairie.). Dans notre manuel sarthois, si le don est impossible dans ce cadre, si la vente et les échanges sont mentionnés, le pilon reste « le sort des ouvrages détériorés, périmés ». Et de conseiller: « Stocker les livres dans des sacs plastiques opaque [sic], bien ficelés et déposés au dernier moment pour la déchetterie » (p. 7).

La vision est moins plaisante que dans le miracle du recyclage et de la circularité mais on a moins l’impression de se faire servir un conte de Noël.