Fahrenheit

Fahrenheit, de Marie Paccou, est entré aux collections de la Bibliothèque municipale de Toulouse. Voir son post même sans vous connecter ici.

Fahrenheit 451, le roman de Bradbury (oui on saura que l’unité de mesure de la température proposée par le physicien allemand Daniel Gabriel Fahrenheit prend deux h) est aussi à l’origine d’un spectacle pour enfants, “Mon grand-père le dragon -Fahrenheit 451”, adapté et mis en scène par Boris Alessandri, du collectif Dromolo (2022). Voir leur site ici. Ce roman a donné lieu à d’autres transpositions sur la scène en France, sans parler de Truffaut, comme celle de David Géry pour le théâtre d’Aubervilliers en 2013 mais il y a fort à parier qu’il s’agit-là du premier spectacle destiné au jeune public, joué au milieu d’une bibliothèque de quartier. (Benoît Tane, 24/11/2022)

Un “vrai livre à trou”

Dans nos exploration des actions contre les livres, parfois transformés en gestes artistiques, les trous tiennent leur place spécifique, du trou des insectes bibliophages à celui des libri con buchi pour enfants (voir notre article dans les références critiques du carnet ici ou en ligne ), en passant par les perforations des livres d’artistes.

Une vieille actualité du site Les Inéditions, de l’association du même nom, présentait l’une des créations de Fanny Pageaud, artiste du livre, auteure et illustratrice de livres pour le jeunesse (échange de mail, août 2022). Elle annonçait un “Livre à trou” qui devient dans le court paragraphe liminaire un “vrai livre à trou” (voir le site). Le “vrai livre à trou” se distingue ici d’autres livres qui figurent sur le site et dans lesquels on trouve des trous : Carrés contre-carrés, “livre à système de trous” (Les Inéditions, sans date [2012], non signé [Fanny Pageaud], visible ici) ou un terrifiant “livre à système à lire dans le noir”, dans lequel les trous jouent un rôle capital dans un dispositif de projection, sans être mentionnés comme tels (Fanny Pageaud, Il y a un monstre dans ma chambre, auto-édition, 2009 ; Les Inéditions, 2012 ; rééd. Poisson soluble, 2016; plusieurs clichés visibles ici). Ces livres à trous qui s’ignorent renvoient à des trouages multiples et selon des modalités ritualisées comme des “systèmes” ou comme des gestes primitifs tandis que le “vrai livre à trou” fait du trou son unique objet et de sa mise en évidence son unique objectif: le “vrai livre à trou” fait du livre le simple bord du trou.

[B. Tane, 2/08/2022, sur une référence transmise par Murièle Modély, Responsable Patrimoine jeunesse & Livres d’artiste, BM de Toulouse]

Censure scolaire, suite

Le Monde publie un article intitulé “Une cancel culture à la sauce conservatrice: aux Etats-Unis, des livres renvoyés de l’école” (article de Raphaëlle Besse Desmoulières, en ligne le 20/03/2022, réservé aux abonnés). Cet article revient sur les exemples récents de censure de livres dans des bibliothèques scolaires aux Etats-Unis. Il ambitionne de montrer à la fois l’ampleur du phénomène, en s’appuyant sur le cas Texan) et la “résistance” qui “s’organise”.

On pourrait relier ces exemples à bien d’autres, notamment outre-Atlantique (voir notre billet sur le débat canadien). L’article cependant fait le choix d’éviter le terme “autodafé” et de retourner l’expression “cancel culture”. L’idée est que ce mouvement progressiste pourrait être, exceptionnellement, appliqué au conservatisme. Or l’expression était au départ une façon pour les conservateurs de dévaloriser les critiques et de préempter au passage la “culture” tout entière au profit des valeurs conservatrices… Le retournement n’est dès lors pas facile. Cette tentative est par ailleurs limitée par la suite du titre, qui fleure bon l’école buissonnière: “des livres renvoyés de l’école”. Non les livres ne sont pas des hommes, pas même des écoliers. En revanche, ces événements révèlent bien une lutte idéologique à l’oeuvre à travers la matérialité des livres et la “simple” présence même de tel ou tel livre dans une bibliothèque.

Benoît Tane, avril 2022

Anéantir, le livre

Ce livre est ce que l’éditeur avait annoncé qu’il serait, sans en donner le titre, et qui avait été repris partout : « Ce nouveau roman sortira dans une édition reliée, à la couverture cartonnée, avec une tranchefile et un signet de couleur » annonçait Flammarion, en rééditant sous le même format trois précédents romans (brochure Rentrée littéraire 2022, encore en ligne).

On sait gré à l’auteur de reconnaître que les écrivains ne sont pas des gens qui écrivent mais des gens qui publient. Voire des gens qui contrôlent le marketing de leurs livres tout en parlant d’amour, comme le fait l’auteur au cours de l’entretien qu’il a accordé avant la sortie du roman, lors de la séance inaugurale du premier séminaire consacré à son œuvre, le 2 décembre 2021 (séminaire du CSLF de l’Université Paris Nanterre mais organisé dans le grand Amphi de la Sorbonne ; captation disponible en ligne).

Mais on avait oublié qu’il pouvait aussi être mis en vente sous un film plastique. Ce n’est cependant pas le premier livre interdit d’être lu par ce qui n’est une nécessité qu’au rayon charcuterie. On y avait vu ailleurs l’avènement d’un rassurant safe-text aseptisé (voir notre article en ligne).

Il y a autre chose ici. Le geste suspendu par la pellicule plastique fait surgir une autre temporalité. Le futur de la lecture était si proche qu’il en paraissait immédiat. Le futur du monde redevient ce qu’il devrait rester, une préoccupation et une priorité. C’est vrai, on a plus urgent à faire que de jeter un coup d’oeil dans ces pages. On ignore superbement que l’éditeur permet, depuis la sortie, de « feuilleter » en ligne une version numérique du texte… jusqu’à la page 18 sur 736. Et l’on passe à autre chose.

Oui, il faudra lire ce livre, comme ses autres livres. Il faudra simplement attendre qu’il ait paru en poche – si ce n’est pas interdit par contrat. On pourra même attendre de le trouver dans la rue. Ce ne sera pas parce que ses lecteurs l’auront jeté ou abandonné dans une boîte à livres. Ce sera juste la fin du monde.

Livré sous plastique, Anéantir précipite l’anéantissement. Parce que c’est un livre seulement pour le jour d’après.

[Benoît Tane, 3/02/2022]

Le chevalier Berquin (1490-1529)

« Après le long discours d’un moine qui m’était inconnu sur la vraie foi et l’hérésie, les livres et les papiers sont partis en fumée devant le chevalier (qui se tenait fièrement, mais dont au moment décisif les yeux se sont remplis de larmes, car en dépit de son abjuration on brûlait sa bibliothèque parisienne tout entière, pas seulement ceux de ses livres que la Sorbonne avait interdits) »

Cuneo, Anne, Le Maître de Garamond. Antoine Augereau, graveur, imprimeur, éditeur, libraire, [Suisse, Bernard Campiche Editeur, 2002 ; Stock, 2003], Le Livre de Poche, 2014, p. 334.

Dans ce roman, Anne Cuneo met incidemment en scène le sursis du chevalier Berquin, condamné à abjurer ses œuvres et à les voir brûler, avant d’être exécuté le 16 avril 1529. Voir les documents rassemblés par Claude Longeon, Dossier Berquin, en ligne.

Benoît Tane, 17/01/2022

Kaboul

Un article du Monde du 17 septembre titre: “A Kaboul, brûler des livres pour échapper au joug taliban” (lire l’article ici). Le journaliste Jacques Follorou, qui est actuellement envoyé spécial du journal en Afghanistan, avait déjà publié des articles sur la situation de la culture, avant même le retour des Talibans (sur la destruction du plus ancien cinéma de Kaboul par exemple en 2020; voir l’article ici). Il ne s’agit plus là de souligner la simple ambivalence des régimes politiques, mais d’affronter un événement si limité au regard de la situation afghane (un article publié deux jours plus tôt attire l’attention sur la crise alimentaire) et si vertigineux: un libraire détruit par avance les livres condamnés par les talibans. Ce devrait être une incitation à lire Homeira Qaderi et Manouchehr Faradis.

[B.Tane, le 17/09/2021]

Détruire des livres, “dont Tintin et Astérix”. Un débat canadien?

Le 7 septembre 2021, Radio-Canada a annoncé en ligne « Des écoles détruisent 5000 livres jugés néfastes aux Autochtones, dont Tintin et Astérix ».

Dans un long article, le journaliste Thomas Gerbet révélait un épisode qui date de 2019, dont il semble qu’on ait peu parlé dans les médias et dont le texte laisse entendre qu’il a été récemment porté à la connaissance de la rédaction :

Une grande épuration littéraire a eu lieu dans les bibliothèques du Conseil scolaire catholique Providence, qui regroupe 30 écoles francophones dans tout le Sud-Ouest de l’Ontario. Près de 5000 livres jeunesse parlant des Autochtones ont été détruits dans un but de réconciliation avec les Premières Nations, a appris Radio-Canada.

Une cérémonie de “purification par la flamme” s’est tenue en 2019 afin de brûler une trentaine de livres bannis, “dans un but éducatif”. Les cendres ont servi “comme engrais” pour planter un arbre et ainsi “tourner du négatif en positif”.

Thomas Gerbet, Radio Canada, 7 septembre 2021

Le journaliste citait et exploitait un document de ce réseau de 30 écoles catholiques que la rédaction a « obtenu » et qui « détaille l’ensemble des titres éliminés, ainsi que les raisons invoquées ». Il s’agit de plus de 150 titres, BD, romans et encyclopédies auxquels le document reproche, comme à Tintin en Amérique « un langage non acceptable » des personnages, « des informations erronées, une présentation négative des peuples autochtones et une représentation fautive des Autochtones dans les dessins ». L’article revient explicitement, images à l’appui, sur des exemples jugés emblématiques, comme Astérix et les Indiens

Le site Asterix.com, auquel renvoie Hachette, propriétaire des éditions Albert René, ne mentionne que le film d’animation de 1994, inspiré de l’album La Grande traversée. Il ne peut donc s’agir, comme “le livre Pocahontas, tiré du dessin animé de Disney” évoqué plus loin dans l’article, que d’un Astérix et les Indiens. L’album du film. Nous ne l’avons pas trouvé au catalogue des Editions Albert René mais il figure bien à la BnF, daté de 1995. Nul besoin de le lire pour être certain qu’il véhicule des clichés et en tant que tels des “représentations fautives”. On ne sait si le catalogue a été modifié, lui qui propose pourtant encore les aventures d’Oumpah-Pah “le peau-rouge”, fruit de la première collaboration d’Uderzo et Goscinny et dont la première version toujours inédite aurait même été traduite en anglais (Oumpah-Pah. L’intégrale, Editions Albert René, 2011, p.22).

L’article faisait aussi le portrait de la « chercheuse indépendante » Suzy Kies, « coprésidente de la Commission des peuples autochtones du Parti libéral du Canada depuis 2016 », qui a « accompagné le conseil scolaire dans sa démarche».

En quelques jours, cette annonce a entraîné de nombreuses réactions au Canada et au-delà, une nouvelle ligne au débat sur la Cancel culture, la redécouverte du mot “autodafé”, une nouvelle enquête du même journaliste sur les prétendues origines autochtones de Suzy Kies, la démission de celle-ci de la Commission citée plus haut et la mise « sous révision » du projet « Redonnons à Terre Mère » (annonce sur le site du CSC Providence, qui arbore par ailleurs un encart publicitaire : « L’Ecole catholique. La meilleure éducation de langue française en Ontario »).

Le débat canadien, qui croise les questions sensibles des « premières nations », de l’Eglise et du fédéralisme, est complexe. La question des livres y est sans doute en partie récurrente. Le même site de Radio Canada propose encore un vieil article de 2015 qui annonçait le retour de Tintin en Amérique dans les bibliothèque de Winnipeg

Ce qui intéresse directement notre réflexion, ce sont les liens entre la matérialité des livres et leurs investissements symboliques, qui apparaissent à plusieurs niveaux. D’une part cet épisode reprend la conviction selon laquelle on pourrait combattre des idées en détruisant les livres qui les véhiculent. D’autre part il réactive le lien entre destruction des livres et une revendication écologique fallacieuse (ici le livre brûlé « recyclé » comme engrais ; ailleurs les liseuses numériques comme remèdes prétendus au livre si polluant…). Enfin la destruction de ces livres comme son dénonciation sont prises dans des enjeux qui les dépassent. La matérialité de ces livres pourrait de fait moins importer que les vraies questions que sont l’éducation des enfants et le respect des Autochtones mais qui ne sont mises en avant que pour masquer des enjeux de pouvoir: les élections législatives canadiennes ont lieu le 20 septembre.

[Benoît Tane, Le 12/09/2021]

Sarraute. L’enfant au coupe-papier

“J’ai l’embarras du choix, il y a des livres partout, dans toutes les pièces, sur les meubles et même par terre, apportés par maman et Kolia ou bien arrivés par la poste… des petits, des moyens et des gros…

J’inspecte les nouveaux venus, je jauge l’effort que chacun va exiger, le temps qu’il va me prendre… J’en choisis un et je m’installe avec lui ouvert sur mes genoux, je serre dans ma main le large coupe-papier en corne grisâtre et je commence… D’abord le coupe-papier, tenu horizontalement, sépare le haut des quatre pages attachées l’une à l’autre deux par deux, puis il s’abaisse, se redresse et se glisse entre les deux pages qui ne sont plus réunies que par le côté… Viennent ensuite les pages « faciles » : leur côté est ouvert, elles ne doivent être séparées que par le haut. Et de nouveau les quatre pages « difficiles »… puis quatre pages « faciles », puis quatre « difficiles », et ainsi de suite, toujours de plus en plus vite, mai main se fatigue, ma tête s’alourdit, bourdonne, j’ai comme un léger tournis… « Arrête-toi maintenant, mon chéri, ça suffit, tu ne trouves vraiment rien à faire de plus intéressant ? Je le découperai moi-même en lisant, ça ne me gêne pas, je le fais machinalement.

Mais il n’est pas question que j’abandonne. Tout ce que je peux me permettre pour diminuer l’ennui, alléger le tournis, c’est quelques variantes : m’occuper d’abord seulement des « difficiles », en passant les « faciles »… que je garderai « pour le dessert ». Ou alors, au contraire, commencer par les faciles et terminer par les difficiles, ou soumettre à une de ces différentes méthodes des groupes dont je varierai à mon gré l’épaisseur… par exemple, trois feuillets où les difficiles et les faciles vont alterner… cinq où je ne m’occuperai d’abord que des faciles…

Une fois que je me suis embarquée dans cette galère, il ne m’est plus possible de la quitter. Il faut absolument que je parvienne à ce moment où, toutes les pages découpées, le livre devenu gros, gonflé, je pourrai le refermer le presser pour bien l’égaliser et en toute tranquillité le remettre à sa place.”

Nathalie Sarraute, Enfance, Gallimard, [1983], Coll. Folio plus », 1995, pp.81-82.

Où l’on voit ce qu’est un in-octavo : la feuille imprimée a été pliée trois fois pour obtenir un cahier de huit « pages » (huit feuillets plus exactement), reliés ensuite en volume ; se succèdent donc la première moitié du cahier, avec trois coupes à effectuer pour séparer les quatre premiers feuillets par le « haut » puis par le « coté » (ce sont les pages « difficiles »), puis la seconde moitié, avec une seule coupe pour les quatre dernières pages, « qui ne doivent être séparées que par le haut » (ce sont les pages « faciles »), avant de passer au cahier suivant… Ce découpage pourrait être totalement indépendant de la lecture puisque les sections d’un texte ne coïncident pas spécifiquement avec un cahier. On pourrait évidemment par ailleurs découper une partie que l’on veut lire sans découper les autres et s’arrêter au milieu d’un cahier. Mais le travail ici est systématique, préalable à la lecture de livres qui ne sont certainement pas destinés à être lus par l’héroïne.

Cette scène occupe une section complète d’Enfance (Gallimard, coll. « Folio Plus », pp. 81-82), qui est une façon de « donner des raisons à ceux qui me demandaient pourquoi j’ai tant attendu avant de commencer à ‘écrire’ » comme l’écrit Nathalie Sarraute dans la section qui suit. Il faut dire que dans cette nouvelle section, elle évoque « un de ces magnifiques ‘traumatismes de l’enfance’ » – traumatismes d’Enfance – la réplique du « Monsieur », directeur d’une revue littéraire, ami de sa mère, auquel la narratrice est invitée à montrer le cahier dans lequel, alors enfant, elle a commencé à écrire « tout un roman » : « Avant de se mettre à écrire un roman, il faut apprendre l’orthographe » (p. 85, p. 88). Paroles de condamnation mais de délivrance aussi. Et l’écrivaine de quatre-vingt trois ans essaie de reconstituer ce qui a pu être sa réaction de fillette de six ou sept ans : « J’ai remporté le cahier dans ma chambre, je ne sais plus ce que j’en ai fait, en tout cas il a disparu, et je n’ai plus écrit une ligne… » (p. 85).

L’épisode des livres coupés est donc un souvenir de cette même période, entre 1907 et 1909. C’est le souvenir d’une enfant qui sait lire et qui s’essaie à écrire. Mais ce geste dans les livres, contre les livres, fait bien le lien entre le souvenir inaugural, celui où l’enfant réalise – entendons le terme au sens propre – le langage : « Ich werde es zerreissen » « je vais le déchirer ».

Planter une lame dans un livre, ce serait un geste d’avant la lecture mais presque d’avant l’écriture aussi, d’avant même le langage enfin : une transgression native et radicale, « saut hors de ce monde décent, habité, tiède et doux » (p. 12).

Cette scène ne nous laisse plus le choix. Partons pour une grande enquête sur les traces du coupe-papier. Il ne s’agit pas de les collectionner comme des colperpapirophiles mais d’en traquer les apparitions dans les textes, littéraires, fictionnelles ou non, et dans les images. Cet outil, tout obsolète et inutile qu’il soit aujourd’hui, et cette pratique, toute systématique et anodine qu’elle fût, ont accompagné le rapport au livre de lecteurs qui ne pouvaient accéder au contenu qu’après cette préparation. Pas de lecture sans coupure.

Toutes les références à ce sujet sont les bienvenues!

Benoît Tane (24 juin 2021)

Biblioclasmes. Terminologie et enjeux (2)

Présentation liminaire proposée dans le cadre de la rencontre Biblioclasmes#01 (5 février 2021)

Le paradigme des livres brûlés est un exemple particulièrement fort de cette approche complexe et délicate. Il faut d’ailleurs commencer par un refus, celui de montrer brutalement les photographies du 10 mai 1933, si souvent reproduites, qui n’étaient autre que des images de propagande nazie, partie prenantes d’un plan très organisé. Voir exposition à la Humbolt Universität de Berlin, 2001 et sa version en ligne encore consultable (dernière consultation, 06/05/2021) :http://buecherverbrennung33.de/mahnmal.html

On sait en effet que cet événement a constitué une étape symbolique majeure de la montée en puissance du parti nazi ; c’est la branche étudiante du NSDAP (créée en 1926, majoritaire dans les élections étudiantes dès 1929) qui avait programmé et organisé ces manifestations dans 21 villes universitaires pour la nuit du 10 mai 1933, à grand renfort de « propagande » (le terme de « Propaganda » était utilisé au sens de « communication » et ne visait pas, contrairement à l’usage actuel, à dénoncer spécifiquement une manipulation idéologique). Cette ligue avait combiné une série d’actions autour d’un programme intitulé « Wider den undeutschen Geist » (contre l’esprit non-allemand), qui ciblait les idées mais aussi les étudiants et les enseignants identifiés comme juifs et jugés comme tels « antiallemands ». Le programme avait ses mots d’ordre : douze « thèses » furent affichées – placardées – dans les Universités. Aux livres fut réservé un véritable rituel : les livres « donnés » par les bibliothèques des universités qui avaient accepté la liste noire ou pillés par les étudiants nazis, furent portés en cortège par camion jusqu’aux lieux prévus pour les brûler. A Berlin, Goebbels fit un discours ; partout on répéta des formules qui prétendaient ritualiser la destruction des livres et de l’esprit (Geist) auxquels ils appartenaient.

On perçoit bien à la fois la différence vertigineuse avec la politique d’extermination des juifs qui fut ensuite menée par le régime nazi mais également le lien symbolique qui relie ces événements. Ce lien est d’ailleurs souvent explicité dans les analyses historiques et dans les programmes « mémoriaux ». Voir l’exposition du United States Holocaust Memorial Museum et surtout la bibliographie très détaillée que le Mémorial propose en ligne (dernière consultation, 06/05/2021): https://www.ushmm.org/collections/bibliography/1933-book-burnings

Le monument commémoratif de Berlin est particulièrement intéressant dans cette perspective. Le monument a semble-t-il été conçu pour célébrer le 80e anniversaire du 10 mai 1933 mais il n’a été construit qu’en 1994. Dû à Micha Ullman (né en 1939-), il est intitulé « Bibliothek » et se situe sur l’actuelle Bebelplatz, l’ancienne Opernplatz sur laquelle les livres avaient été brûlés. Sous une dalle de verre, une ouverture carrée dans le sol laisse voir un espace cubique. Les quatre côtés verticaux sont occupés par une structure blanche de rayonnages séparés en casiers rectangulaires. Le fond est également blanc. Le titre de l’installation désigne cet espace comme celui dans lequel devraient être rangés et conservés des livres. Le feu a disparu ici, au profit d’une manifestation visuelle et plastique du vide par l’installation elle-même mais aussi par le cadrage photographique possible et par les circonstances des prises de vue, nocturnes par exemple alors que l’oeuvre est éclairée de l’intérieur…

Micha Ullman (1939-), « Bibliothek », Bebelplatz, Berlin, 1994
Photo de nuit: Daniel Neugebauer (nick: Energiequant) – Own work, CC BY-SA 2.5

Le monument est de fait moins spectaculaire de jour :

Micha Ullman (1939-), « Bibliothek », Bebelplatz, Berlin, 1994
Photo: Charlotte Nordahl – CC BY-SA 2

Et il n’a pas toujours été autant mis en valeur. Il a été menacé quand on a creusé un parking sous la place. Et 2013, l’état catastrophique du monument a attiré l’attention des médias allemands. Il a depuis été restauré, dans le cadre d’un partenariat avec une entreprise privée… Voir l’article du Taggespiegel du 8 mai 2013, accessible en ligne ici.

Ce monument, Denkmal zur Erinnerung an die Bücherverbrennung, est un mémorial et l’on utilise parfois le mot Mahnmal, moins fréquent en allemand que Denkmal et plus connoté du point de vue moral : il ne signifie pas seulement « faire se souvenir » mais « prévenir » (mahnen, ermahnen). Le mémorial voudrait donc prévenir tout événement similaire à celui qu’il rappelle, qui s’est produit là, devant l’opéra mais aussi la cathédrale et une partie de l’Université et de sa bibliothèque.

Le mémorial de Berlin s’accompagne d’une plaque qui porte une citation de Heine, considéré comme l’écrivain romantique allemand par excellence (1797-1856):

Das war ein Vorspiel nur, dort wo man Bücher
Verbrennt, verbrennt man auch am Ende Menschen

Heinrich Heine, Almansor, vers 243 à 244 (1ere publication complète en 1823)
https://www.projekt-gutenberg.org/heine/almansor/almanso1.html

Cette phrase est utilisée dans ces lieux de mémoire comme une quasi prophétie… Souvent traduite par “Ce n’était qu’un prélude, car là où l’on brûle des livres, on brûle à la fin aussi des hommes” mais qu’il faudrait, outre le fait de l’attribuer correctement au personnage de Hassan, rendre littéralement : “C’était seulement un prélude, car là où des livres
sont brûlés, sont brûlés aussi à la fin, des hommes” (traduction Benoît Tane). De fait, dans cette histoire située en 1499 à Grenade, après la Reconquista de l’Andalousie, cette citation ne renvoie pourtant pas à une prophétie mais à la réplique d’un personnage lorsque le grand inquisiteur fit brûler des milliers de livres théologiques islamiques. Le terme même d’autodafé, qui existe en allemand, n’est pas utilisé dans ce texte. Mais il ne serait pas ici hors contexte puisqu’il renvoie à l’Inquisition. En revanche, on voit qu’il y a un décalage entre cette citation dans son contexte, rarement explicite, et celui dans lequel elle est réutilisée à des fins mémorielles.

D’autres villes ont d’ailleurs leur propre mémorial, comme Hambourg qui utilise la même citation dans une autre installation mais qui l’accompagne aussi un marathon de lecture tous les 15 mai (il pleuvait semble-t-il le 10 mai 1933 à Hambourg et l’opération fut reportée de quelques jours), sous la bannière Verboten, verbrannt, vergessen? Bücherverbrennung Nie Wieder (“Interdits, brûlés, oubliés? Plus jamais de brûlement de livres”). Retrouvez le programme de cette année ici.

A ces monuments, nous n’associerons pas donc les images de la propagande nazie. On préférera mettre en avant d’autres représentations et un artiste comme John Heartfield (19 juin 1891–26 avril 1968), par exemple pour son collage en couverture du Arbeiter Illustrierte Zeitung, ce 10 mai 1933. Voir en ligne dans le Heartfield online, Katalog des grafishen Nachlasses von John Heartfield, Akademie der Künste, accessible ici.

Benoît Tane

Biblioclasmes. Terminologie et enjeux (1)

Présentation liminaire proposée dans le cadre de la rencontre Biblioclasmes#01 (5 février 2021)

Le terme « Biblioclasme » est peu fréquent. Cependant, il peut assez facilement nous renvoyer à l’iconoclasme qui désigne, avant l’idée générale d’une contestation de toutes les normes, la contestation des images (icono– vient du grec eikon), voire leur destruction puisque l’autre racine grecque que ce mot contient vient du verbe klastein, qui a le sens de « casser », « détruire ». Le biblio-clasme serait donc au livre (biblion) ce que l’icono-clasme est à l’image. Le terme semble aussi facilement s’opposer à la bibliophilie : l’amour (philia) du livre (biblion encore) aurait donc un « simple » pendant symétrique, celui d’une haine du livre telle qu’elle impliquerait la volonté de le détruire. Il entre enfin en résonance avec d’autres termes, directement associés à l’idée de censure, comme « autodafé », par lesquels le biblioclasme est plutôt perçu et abordé comme une attaque indirecte contre les idées, comme si les hommes qui les portent et les livres qui les supportent n’étaient que de simples artefacts d’une circulation intellectuelle abstraite, plus grande et plus noble qu’eux….

Cette apparente simplicité recouvre en réalité des phénomènes complexes et nous incite à revenir, même rapidement, sur ces trois aspects :

-1. D’une part le parallélisme avec l’iconoclasme nous indique déjà que les choses ne sont pas simples. Historiquement l’iconoclasme, qui s’est développé dans l’Empire romain d’orient aux VIIIe et IXe siècles, avait une dimension religieuse, liée aux tensions du christianisme dans l’Empire byzantin, et une dimension politique. On utilise aussi dans ce contexte le qualificatif « iconomaque » (mákhê : « lutte »), pour ce et ceux qui s’opposaient au culte des images, pour lequel on parle d’idolâtrie ou d’iconodulie. Iconoclasme/iconodulie ne constituent donc en rien un simple couple antagoniste entre ceux qui aiment et ceux qui n’aiment pas les images, et que l’on pourrait appliquer au domaine du livre.

A ce sujet, voir sur Hypothèses l’article de Séverine Boullay, « Querelle iconoclaste, querelle des images dans l’Empire byzantin (VIIIe-IXe siècle) » in L’Histoire à la BnF, 23/01/2019 [dernière consultation le 06/05/2021]: https://histoirebnf.hypotheses.org/5642

-2. D’autre part, dans ce domaine « du » livre, et j’emploie à dessein le singulier, il y a bien un fonds religieux mais il repose sur la notion délicate de « religions du livre », qui a pu être présentée comme un point de rencontre des trois religions monothéistes. Or la bibliophilie déplace largement ce fonds moins cultuel que culturel. La sacralisation des livres (et j’emploie ici à dessein le pluriel) à laquelle peut mener la bibliophilie est nécessairement ancrée dans un espace par ailleurs profane. Le biblioclasme échappe donc aussi au modèle strictement religieux. Dans ce contexte, on a d’ailleurs utilisé en français encore d’autres termes, comme « bibliolytie », littéralement « suppression des livres »…

-3. Enfin, la question de la censure n’est pas seulement une question idéologique, au sens où elle ne concernerait que les idées. Notons par exemple que « autodafé » peut aussi encore s’écrire « auto-da-fé » ; ce mot est en effet emprunté à une expression constituée de trois mots portugais Auto da fe, eux mêmes traduction du latin actus fidei. Ces expressions signifient littéralement « acte de foi » au sens de jugement (et de condamnation) au sujet de la foi. Le TLF précise que ce terme s’est développé en espagnol et en portugais à partir de la fin du XVe siècle dans le contexte de l’Inquisition catholique. Il s’agissait d’une condamnation au bûcher qui concernait autant les livres jugés hérétiques que leurs auteurs… On l’a aussi utilisé dans un autre contexte, celui des Bücherverbrennungen (littéralement « Brûlements de livres ») organisés par les nazis en 1933.

Comment repartir de telles références historiques majeures pour esquisser les grandes lignes de notre réflexion et les domaines si variés qu’elle souhaite par ailleurs convoquer ? Nous avons choisi de conserver le terme « Biblioclasme », malgré et à cause de ces références historiques, tout en se confrontant aussi à l’hétérogénéité des pratiques. C’est en ce sens que nous avons préféré mettre le terme au pluriel. Peut-être pour éviter d’essentialiser et de niveler des pratiques qui ne sont pas comparables les unes avec les autres. On retiendra ici trois axes majeurs qui permettent de ressaisir les enjeux dans cette présentation très synthétique.

Il s’agit ainsi d’envisager les biblioclasmes sous trois angles complémentaires et qui déplacent l’approche la plus courante :

-la matérialité des pratiques (et non sous le seul angle idéologique)

-la création artistique (notamment de la fiction littéraire) et non sous le seul angle de la recherche historique

-l’hétérogénéité culturelle (et non sous le seul angle de la sacralisation)

Benoît Tane

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search