Agenda/Actualités

L’équipe “Biblioclasmes” a le plaisir de lancer l’appel à communication pour son colloque 2024!

TELECHARGEZ L’APPEL EN FRANCAIS

DOWLOAD ENGLISH VERSION

Appel à communication: Colloque « Biblioclasmes ? Créations / destructions »

du 2 au 4 octobre 2024, Toulouse

Université Toulouse Jean-Jaurès/Bibliothèque municipale

Marine Le Bail, UT2J Plh, équipe Elh

Benoît Tane, UT2J LLA CREATIS

« Détruire les livres » ne saurait constituer pour nous un mot d’ordre. La question n’en est pas moins capitale si l’on admet que « [l]’attitude biblioclaste remonte à la nuit de l’écriture », pour reprendre le mot de l’historien du livre Lucien X. Polastron.

La destruction de livres a souvent été étudiée sous un angle idéologique ou historique, notamment en lien avec l’histoire de la censure : elle est la plupart du temps appréhendée comme un moyen mis au service d’une fin qui concerne les textes, les idées et les êtres vivants qui les expriment ou qui les lisent. Peut-on en dire plus, ou en dire autre chose ? Le geste biblioclaste en lui-même, loin d’être anodin, représente en effet un véritable tabou dans les cultures dites « du livre », un interdit suprême lesté d’évidentes implications symboliques.

Pourtant, le roman moderne ne s’ouvre-t-il pas sur la destruction de la bibliothèque de Don Quichotte ? La fin des livres ne hante-t-elle pas nombre de récits fictionnels, depuis le labyrinthe borgésien ou le Nom de la rose à l’univers dystopique de Fahrenheit 451, jusque dans le livre de jeunesse ? Le livre d’artiste n’est-il pas en partie fondé sur le paradoxe de « bibliophiles… biblioclastes », pour reprendre le titre d’un numéro de la revue L’Art vivant de 1974 ? Si le respect des livres, voire leur amour, sont supposés être au cœur de l’écriture et de la lecture, ils peuvent également donner lieu à des revirements contre eux. La bibliophilie et le biblioclasme engagent ainsi la question même de la création et de la confrontation entre ses idéaux et ses supports matériels.

Car c’est bien de la matérialité des supports qu’il est question, et de la difficulté de la prendre en compte. Cette difficulté tient d’une part à l’approche littéraire, qui tend à dématérialiser le texte au profit de l’œuvre, et d’autre part à l’idéologie technique actuelle qui associe de façon trompeuse la mutation numérique à une « dématérialisation » menaçante, suscitant en retour une célébration du livre-papier dans l’édition et donnant lieu à quantité de détournements sur les réseaux sociaux.

Sans relativiser ni minimiser d’aucune manière la dimension politique des biblioclasmes, c’est cette dualité entre destruction et création que le présent colloque souhaite interroger en mettant au cœur de sa réflexion la matérialité du livre, que ce soit sous un format papier ou numérique, autant que sa dimension symbolique.

À quelles conditions, selon quelles modalités et avec quelles implications la destruction de livres peut-elle se présenter comme un instrument paradoxal de création ?

Les enjeux et les formes de ces rapports paradoxaux et problématiques aux livres seront explorés dans le domaine littéraire et à travers ses relations avec d’autres arts, dans des aires géographiques et culturelles variées et à des périodes différentes.

Les communications pourront notamment, mais non exclusivement, s’inscrire dans les axes suivants, qui abordent les enjeux pratiques, historiques, mais aussi poétiques et symboliques de la destruction de livres :

Terminologie et enquête lexicale. Quels sont les termes en concurrence pour désigner ce phénomène (autodafé, biblioclasme, bibliolythie, destruction, fin du livre/des livres…) ? Les dictionnaires et manuels bibliophiliques du XIXe siècle témoignent d’un flou sémantique persistant entre certaines de ces notions, qui varient en outre selon les époques et les contextes. Dans quelle mesure le livre constitue-t-il à cet égard un cas particulier ?

Histoire et relectures historiques. L’histoire et l’historiographie des destructions sont complexes, mettant en évidence des événements moins connus que d’autres. Comment rendre compte des entrelacements des époques et des déplacements dans les pratiques artistiques (archaïsmes techniques des livres d’artistes depuis les années 1970, ambition anthropologique des performances contemporaines…) ?

-Typologies et variations des pratiques biblioclastes/ bibliophiles. Ces pratiques renvoient parfois à des métaphores mais aussi à des performances corporelles et, plus largement, à la prise en compte de la matérialité du medium livresque (brûler, déchirer/couper, démonter/délier, tacher/maculer, fermer/envelopper, manger/assimiler…). Le biblioclasme est-il toujours volontaire ? Est-il possible de décliner cette notion en prenant en compte des degrés d’atteinte matérielle ? La notion de biblioclasme peut-elle s’appliquer indifféremment à tout type de médium imprimé ? Les périodiques et autres ephemera (affiches, tracts, etc.), par exemple, en sont-ils exclus, comme ils sont exclus de la sphère des « vrais » livres ?

Publics concernés. Les productions variées engagent certes des réseaux de production et de réception différents. Mais faut-il les opposer (livres d’artistes contre éditions populaires, public adulte contre albums et littérature de jeunesse…) ou explorer les articulations entre ces mondes, à la faveur du rapport au livre ? Qu’en est-il de la place des avant-gardes ? Qu’en est-il des spécificités du traitement de ces pratiques dans les livres pour la jeunesse mais aussi lorsque des œuvres pour adultes sont transposées pour la jeunesse ?

Idéologie et art. La place des livres permet-elle d’explorer moins une opposition qu’une articulation entre ces domaines ? Quelle dénonciation des autodafés, condamnant les livres et leurs auteurs à une même destruction, par l’art ? Faut-il pour autant définir les biblioclasmes par leurs enjeux idéologiques ?

Arts et genres littéraires privilégiés. Les récits semblent majoritaires, mais en fonction de quels filtres et avec quelles concurrences ? Qu’en est-il du théâtre, mais aussi du cinéma et d’autres arts visuels (peinture, photographie, cinéma) ? Qu’en est-il des transpositions des romans dans les arts visuels (Fahrenheit 451 constituant ici un exemple capital mais non exclusif) ?

Un corpus biblioclaste. Si un certain nombre d’anthologies récemment publiées (Bibliomanies, 2010, ou Les Fous de livres, 2011) exploitent volontiers la veine de la bibliophilie et de l’ivresse sensuelle qu’elle procure, une forme de tabou persiste autour de son pendant, en dépit de la récente publication de La Fin du livre : il n’en finit pas de mourir (1841-1930) en 2022. Cependant, la mise en avant d’œuvres canoniques est une façon de faire disparaître nombre d’autres références, que le programme dans son ensemble et le colloque en particulier visent à mettre au jour, sinon à répertorier.

Comité scientifique : Anthony Glinoër (Université de Sherbrooke, Canada), Isabelle Krzywkowski (Université de Grenoble Alpes), Isabelle Pantin (ENS Paris), Louisa Torres (BnF / INHA), Hélène Védrine (Paris-Sorbonne, Cellf).

Calendrier et modalités de propositions de communication :

25 février 2024, Fin de l’appel à communications : adressez aux organisateurs une proposition écrite de 3000 caractères maximum et une notice bio-bibliographique (en français ou en anglais ;marine.le-bail@univ-tlse2.fr ; benoit.tane@univ-tlse2.fr)

Mars 2024, finalisation de la sélection par le comité scientifique, qui sera attentif en outre à la dimension internationale et interdisciplinaire du colloque (universitaires et professionnels du livre) et à la place donnée aux doctorant.e.s et jeunes docteur.e.s.

Ce colloque sera accompagné d’une série de manifestations :

Exposition à la Bibliothèque d’Etude et du Patrimoine (co-organisée avec Magali Vène, BEP)

Conférences :

Alberto Manguel

Lucien X. Polastron

Ecrivain invité : Fabien Clavel, auteur des Feuillets de cuivre (ActuSF, 2015)

******

 

 

 

 

Vendredi 2 juin 2023 : Toulouse, Journée d’étude: “Biblioclasmes #4, Action/inaction”

Télécharger le document Programme/Présentation

Télécharger le document Programme/Journée

Bibliothèque d’Etude et du Patrimoine, 1 rue de Périgord, Toulouse

9h : Accueil des participants. Ouverture

Séance présidée par Benoît Tane: « Altérations, falsifications, recréations »

9h30 : Marine Le Bail (UT2J, PLH-ELH) : « Des livres pour de faux qui tuent pour de vrai : quelques cas de livres forgés dans le roman policier »

10h00 : Juliette Drigny (Université Paris Cergy, Héritages), conférence performée : « J’avais jamais lu Molière avant. Pièces perdues I : Michel »

10h30 : Discussions

Pause

11h15 : Jean-Didier Wagneur (BnF) : « Livres imaginaires dans l’œuvre d’Antoine Volodine »

11h45 : Discussions

Pause déjeuner (de 12h à 13h45)

Séance présidée par Marine Le Bail: « Livres perdus, livres retrouvés »

13h45 : Louis Watier (UT2J, LLA CREATIS) : « Le manuscrit trouvé, faillite du bibliothécaire, butin du bibliographe »

14h15 : Eric Dussert (BnF) : « La sédimentation des livres oubliés »

14h45 : Discussions

+Point sur le projet de colloque et d’exposition de 2024

Atelier de restauration de la BM de Toulouse, 1 bis rue du château d’eau: 15h45-17h: présentation de Magali Vène et Valérie Hallier: « Interventions, restaurations, dérestaurations » (Sur inscription, dans la limite des places disponibles, à la BEP le matin même ou en écrivant à marine.le-bail@univ-tlse2.fr; benoit.tane@univ-tlse2.fr).

18h : rencontre avec le romancier Jean-Yves Laurichesse à la librairie Privat, 14 rue des Arts

 

Détail. E. Debru, Dissertation sur … l’eau de la Barraquette, Resp Pf XVIII 348, BU Arsenal, UT1 Capitole (coll. Fernand Pifteau)

Mars 2022: “Accès de pudeur et de fureur contre les images dans les livres anciens. 2/2 Détruire tout signe retraçant l’antique et hideuse féodalité “. Un nouveau billet du carnet Estampilles et pontuseaux (fonds anciens des bibliothèques universitaires de Toulouse) qui aborde le vandalisme consécutif à la Révolution dans les collections françaises. Là encore, les documents confrontés les uns aux autres permettent de mettre en évidence notamment le traitement des symboles royaux par différentes interventions (découpage, grattage, caviardage…) et sur des parties diverses des livres (couverture, page de titre, ex-libris…). En ligne ici.

21 mars 2022: Nous signalons la dernière séance du séminaire du GIS “Patrimoines en partage” qui portera sur les « Objets malmenés, objets disséminés » (Institut National du Patrimoine et à distance): la présentation de la séance annonce “Anne Perrin Khelissa et Emilie Roffidal de l’UT2J qui présenteront les enjeux d’une exposition virtuelle rendant corps au réseau des académies d’art et aux écoles de dessin provinciales dans la France préindustrielle; José Contel (également de l’UT2J) dépliera la biographie d’un objet singulier, un manuscrit dit « aztèque » du XVIe siècle.”  Ce codex de l’époque coloniale répond “au besoin de reconstituer, réécrire ces livres qui avaient été détruits ou brûlés par les conquistadors ou les évangélisateurs” (document de présentation de la séance; contact: daniel.perrierATinp.fr).

Février 2022: “Accès de pudeur et de fureur contre les images dans les livres anciens. 1/2 Couvrez ce sein que je ne saurais voir”. Un nouveau billet du carnet Estampilles et pontuseaux (fonds anciens des bibliothèques universitaires de Toulouse). Le sujet est particulièrement intéressant pour notre axe de recherche. Les comparaisons entre les exemplaires intacts et les exemplaires caviardés témoignent d’un “vandalisme pudibond” et d’un iconoclasme qui renvoient aussi au biblioclasme: les interventions sont inscrites directement sur les livres en tant que supports de diffusion. Suivez le lien ici.

 

6 au 17 décembre 2021 : Expo flash “Entre les pages : les livres anciens de la BU de l’Arsenal sortent de leur réserve”.

Bibliothèque de l’Arsenal, Université Toulouse I-Capitole, 11 rue des Puits creusés, 31000 Toulouse.

Les livres anciens regorgent de surprises. Leur valeur et leur rareté ne viennent pas seulement de leur contenu scientifique et éditorial, mais également de leur histoire individuelle.

Sous l’Ancien Régime, posséder des livres n’est pas donné à tout le monde et le lecteur y ajoute donc volontiers son nom. Ces marques d’appartenance prennent des formes très variées : griffonnages, dessins ou formule d’anathème censée protéger les livres.

Parfois, le lecteur s’approprie son livre en l’annotant. À la BU de l’Arsenal, à Toulouse, nombreux sont les ouvrages qui ont été livres d’études, comme en témoignent les marques pages oubliés, les passages soulignés et les annotations manuscrites.

Quelques livres portent également les stigmates de leur histoire mouvementée : utilisation détournée, caviardage ou vandalisme.

Du 06 au 17 décembre, à vous de découvrir ces ouvrages riches d’histoires singulières.

3 décembre 2021 : Biblioclasmes #3, Workshop : “Précarité / préciosité du livre”. Bibliothèque d’Étude et du Patrimoine, 1 rue du Périgord, Toulouse.

17h-19h : Rencontre publique à la librairie Privat (14 rue des Arts, Toulouse) avec la romancière Anne Delaflotte-Mehdevi autour de son œuvre et de son ouvrage à paraître, Le Livre des heures (éditions Buchet-Chastel)

Téléchargez le Programme du workshop!

  • 11 juin 2021 : Biblioclasmes #2. Deuxième rencontre en ligne : “Couper-coller”. Programme de recherches, Université de Toulouse Jean-Jaurès, Marine Le Bail (PLH) et Benoît Tane (LLA creatis).

  • 5 février 2021: Biblioclasmes #1 : “Précarité, préciosité du livre”. Rencontre inaugurale en ligne. Programme de recherches, Université de Toulouse Jean-Jaurès, Marine Le Bail, Benoît Tane, LLA creatis / PLh

 

  • Octobre-Décembre 2020: Cycle de conférences: “Culte(s) du livre et livres culte. Petite histoire culturelle du livre et de la lecture” , Université du Temps Libre, Toulouse. Ce cycle d’histoire culturelle aborde la place spécifique du livre dans les pratiques sociales, artistiques et imaginaires. On croisera volontairement des approches diverses, depuis les “religions du livre” jusqu’à la culture populaire, et des supports variés, textes, images et films. (Sur inscriptions exclusivement; Programme complet en ligne ici)

 

  • “Pour l’amour du livre : la Société des Bibliophiles François (1820-2020)”, exposition de la BnF / Bibliothèque de l’Arsenal, 6 octobre-6 décembre 2020

Fondée en 1820, la Société des Bibliophiles François fait figure de doyenne des sociétés de bibliophilies françaises. Elle s’est donnée comme objectif de contribuer à la réimpression d’ouvrages rares et méconnus du patrimoine historique et littéraire nationale. Pour son bicentenaire, la Bibliothèque de l’Arsenal lui consacre une exposition!

 

  • Bibliopolis / bibliotopies. Appel à communications pour Horizons maghrébins (PUM), n°82 / 2021

Cet appel concerne notre projet à plusieurs titres. Cette publication est placée sous la direction de Momar Kane, enseignant-chercheur à l’université Toulouse Jean Jaurès, de Benoît Tane (UT2J) et d’Hanane Essaydi, Enseignante-chercheuse à l’Université Cadi Ayyad, Marrakech. Le dossier portera sur l’inscription du livre dans l’espace géographique et culturel au nord et au sud de la Méditerranée. La question des biblioclasmes peut donner lieu à des propositions.

Date butoir pour l’envoi de votre article : 30 janvier 2021

Délibération du comité de lecture : fin février 2021

Mise en ligne au printemps 2021

L’appel est consultable sur Fabula et ici-même:

 

 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search