À propos

Guillaume de Baskerville (Sean Connery) pris au piège des flammes dans la bibliothèque incendiée. Jean-Jacques Annaud, Le Nom de la rose, adaptation du roman d’Umberto Eco (1986).

Ceci n’est pas un appel à détruire des livres, ni un atelier de recyclage de livres au rebut, ni une initiation à l’élevage de larves papivores…
Ce carnet de recherche est consacré aux menaces, aux destructions et aux éventuelles et paradoxales créations touchant aux livres dans les arts.
Il est dirigé par Marine Le Bail et Benoît Tane, responsables du programme Biblioclasmes (Université de Toulouse Jean-Jaurès).

« L’attitude biblioclaste remonte à la nuit de l’écriture » affirme l’historien du livre Lucien Polastron. Et de fait, la destruction des livres, aussi ancienne que l’invention des bibliothèques, est souvent abordée en termes historiques, sociologiques et politiques. Les récentes polémiques autour de manuels scolaires déchirés en public nous montrent à quel point la destruction délibérée de livres constitue un tabou. À travers l’objet-livre, manifestation par excellence du savoir et de la culture lettrée, il semble que ce soit tout un système de représentations et surtout de valeurs qui se trouve brutalement mis en question. Des images d’autodafé, de livres meurtris, démembrés, déchirés, ou réduits en cendres, traversent et hantent la culture. Aujourd’hui ces questions sont d’autant plus importantes que les mutations techniques de la communication et de l’édition engageraient une « troisième révolution du livre » qui masque mal la crainte de la « fin du livre ».

« Détruire les livres » constitue tout autant une sorte d’interdit des arts et de la littérature… dans lesquels la question du biblioclasme, voire les pratiques biblioclastes, sont pourtant très présentes. Le roman moderne ne s’ouvre-t-il pas sur la destruction de la bibliothèque de Don Quichotte ? De Fahrenheit 451 au Nom de la rose, de la littérature de jeunesse (Virus LIV3 ou la mort des livres de Christian Grenier) au roman policier ou ésotérique (Le Club Dumas d’Arturo Pérez-Reverte), la représentation de la destruction de livres à travers la fiction entre massivement en résonance avec des questionnements d’une brûlante actualité et nous amène à interroger notre propre rapport au savoir, à la culture et plus particulièrement à la littérature.
Dans quelle mesure l’apparente opposition bibliophilie/biblioclasme est-elle véritablement opérante ? Le respect des livres, voire leur amour, voire la passion qu’ils peuvent susciter, sont supposés être au cœur de l’écriture et de la lecture. Ce faisant, ils peuvent donner lieu à des revirements et à un retournement en rage contre le livre qui dérogerait à l’idéal d’une fusion parfaite entre contenant et contenu.

A. Robida, livre mangé aux vers, vignette sur bois, détail. Contes pour les bibliophiles, Paris, May & Motteroz, 1895.

Car c’est bien de la matérialité des supports qu’il est question et de la difficulté de la prendre en compte : d’une part du fait même de l’approche littéraire qui tend à dématérialiser le texte au profit de l’œuvre ; d’autre part du fait même de l’idéologie technique actuelle qui identifie de façon trompeuse la mutation numérique à une « dématérialisation », suscitant en retour une véritable vogue éditoriale autour de la célébration du livre-papier, associé à des valeurs refuges et réconfortantes.

Les enjeux de ce rapport paradoxal et problématique à l’idée et à l’objet-livre sont explorés ici dans le domaine littéraire et à travers ses relations avec d’autres domaines artistiques, en tenant compte de périodes différentes, inscrites dans la longue durée mais susceptibles d’être croisées les unes avec les autres, et dans des aires variées, selon différents axes détaillés sur ce carnet.
Ce carnet, comme le projet lui-même, s’inscrit dans une perspective résolument interdisciplinaire et transversale, en favorisant les échanges entre l’université, les institutions culturelles (bibliothèques, musées…) et les acteurs de la chaîne du livre (libraires, mais aussi restaurateurs, relieurs ou écrivains)

Il souhaite permettre également l’implication des étudiant.e.s suivant des enseignements ou des ateliers liés à ces questions et à ces pratiques.
Il s’adresse à tout lecteur, car tout lecteur se doit d’avoir conscience des objets par lesquels il lit.

2 réflexions sur « À propos »

Les commentaires sont fermés.