451°F ?

“Fahrenheit 451: the temperature at which book paper catches fire and burns” (Bradbury, Ray, Fahrenheit 451, 1953, sur la page de titre). Le lecteur a-t-il le droit de demander pourquoi le “papier pour livres prend feu et s’enflamme” à un peu moins de 232°C? La couverture de Joe Mugnaini montre bien que les hommes brûlent aussi, sans que l’on se préoccupe de température. 451°F? c’est le début non pas d’une expérimentation mais d’une enquête autour des pratiques biblioclastes et de leurs représentations. [Benoît Tane]

Bradbury, Ray, Fahrenheit 451, Londres, Ruper Hart-Davis, 1954 (page de titre, signée; photo internet, marché de l’art)
Bradbury, Ray, Fahrenheit 451, New York, Ballantine Books, 1953 (jaquette; dessin de Joe Mugnaini; photo internet, marché de l’art)
Bradbury, Ray, Fahrenheit 451, New York, Ballantine Books, 1953 (jaquette dépliée; photo internet, marché de l’art))


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search