451°F ?

« Fahrenheit 451: the temperature at which book paper catches fire and burns » (Bradbury, Ray, Fahrenheit 451, 1953, sur la page de titre). Le lecteur a-t-il le droit de demander pourquoi le « papier pour livres prend feu et s’enflamme » à un peu moins de 232°C? La couverture de Joe Mugnaini montre bien que les hommes brûlent aussi, sans que l’on se préoccupe de température. 451°F? c’est le début non pas d’une expérimentation mais d’une enquête autour des pratiques biblioclastes et de leurs représentations. [Benoît Tane]

Bradbury, Ray, Fahrenheit 451, Londres, Ruper Hart-Davis, 1954 (page de titre, signée; photo internet, marché de l’art)
Bradbury, Ray, Fahrenheit 451, New York, Ballantine Books, 1953 (jaquette; dessin de Joe Mugnaini; photo internet, marché de l’art)
Bradbury, Ray, Fahrenheit 451, New York, Ballantine Books, 1953 (jaquette dépliée; photo internet, marché de l’art))


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.