Madame de Lamartine

« J’ai été dans la chambre d’Alphonse pour y visiter ses livres et brûler ceux que je croirais mauvais ; j’y ai trouvé l’Emile de Jean-Jacques Rousseau, je me suis laissée aller à en lire plusieurs passages ; je ne me le reproche pas, car ils étaient magnifiques, ils m’ont fait du bien, je veux même en copier quelque chose. C’est trop dommage que cela soit empoisonné de tant d’inconséquences et même d’extravagances, propres à égarer le bon sens et la foi des jeunes gens. Je brûlerai ce livre et surtout La Nouvelle Héloïse, encore plus dangereuse parce qu’elle exalte les passions autant qu’elle fausse l’esprit. Quel malheur qu’un tel talent touche à la folie ! Je n’en crains rien pour moi, dont la foi est inébranlable et au-dessus de toute tentation ; mais mon fils ?… »

(Journal de Madame de Lamartine, mère d’Alphonse de Lamartine [1801-1829], cité par Jean Marie Goulemot, in Jean-Jacques Rousseau, La Nouvelle Héloïse, coll. « Classiques de poche », Le Livre de poche, 2002, p. 859). [Benoît Tane]


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.