Milorad Pavic

« Ils marchaient en épargnant leurs pas et leurs balles; par moments, ils s’arrêtaient, sortaient de leur poche un livre en papier de riz, arrachaient une page et la mangeaient, en sautant les plus précieuses »

(Milorad Pavic, Paysage peint avec du thé [Predeo slokan cajem, 1988], trad. française Harita et Francis Wybrands, Belfond, 1996, p.97). Le narrateur évoque ainsi les « partisans […] accueillis comme des libérateurs » dans Belgrade occupée en octobre 1944. [Benoît Tane]


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.