Biblioclasmes. Terminologie et enjeux (2)

Présentation liminaire proposée dans le cadre de la rencontre Biblioclasmes#01 (5 février 2021)

Le paradigme des livres brûlés est un exemple particulièrement fort de cette approche complexe et délicate. Il faut d’ailleurs commencer par un refus, celui de montrer brutalement les photographies du 10 mai 1933, si souvent reproduites, qui n’étaient autre que des images de propagande nazie, partie prenantes d’un plan très organisé. Voir exposition à la Humbolt Universität de Berlin, 2001 et sa version en ligne encore consultable (dernière consultation, 06/05/2021) :http://buecherverbrennung33.de/mahnmal.html

On sait en effet que cet événement a constitué une étape symbolique majeure de la montée en puissance du parti nazi ; c’est la branche étudiante du NSDAP (créée en 1926, majoritaire dans les élections étudiantes dès 1929) qui avait programmé et organisé ces manifestations dans 21 villes universitaires pour la nuit du 10 mai 1933, à grand renfort de « propagande » (le terme de « Propaganda » était utilisé au sens de « communication » et ne visait pas, contrairement à l’usage actuel, à dénoncer spécifiquement une manipulation idéologique). Cette ligue avait combiné une série d’actions autour d’un programme intitulé « Wider den undeutschen Geist » (contre l’esprit non-allemand), qui ciblait les idées mais aussi les étudiants et les enseignants identifiés comme juifs et jugés comme tels « antiallemands ». Le programme avait ses mots d’ordre : douze « thèses » furent affichées – placardées – dans les Universités. Aux livres fut réservé un véritable rituel : les livres « donnés » par les bibliothèques des universités qui avaient accepté la liste noire ou pillés par les étudiants nazis, furent portés en cortège par camion jusqu’aux lieux prévus pour les brûler. A Berlin, Goebbels fit un discours ; partout on répéta des formules qui prétendaient ritualiser la destruction des livres et de l’esprit (Geist) auxquels ils appartenaient.

On perçoit bien à la fois la différence vertigineuse avec la politique d’extermination des juifs qui fut ensuite menée par le régime nazi mais également le lien symbolique qui relie ces événements. Ce lien est d’ailleurs souvent explicité dans les analyses historiques et dans les programmes « mémoriaux ». Voir l’exposition du United States Holocaust Memorial Museum et surtout la bibliographie très détaillée que le Mémorial propose en ligne (dernière consultation, 06/05/2021): https://www.ushmm.org/collections/bibliography/1933-book-burnings

Le monument commémoratif de Berlin est particulièrement intéressant dans cette perspective. Le monument a semble-t-il été conçu pour célébrer le 80e anniversaire du 10 mai 1933 mais il n’a été construit qu’en 1994. Dû à Micha Ullman (né en 1939-), il est intitulé « Bibliothek » et se situe sur l’actuelle Bebelplatz, l’ancienne Opernplatz sur laquelle les livres avaient été brûlés. Sous une dalle de verre, une ouverture carrée dans le sol laisse voir un espace cubique. Les quatre côtés verticaux sont occupés par une structure blanche de rayonnages séparés en casiers rectangulaires. Le fond est également blanc. Le titre de l’installation désigne cet espace comme celui dans lequel devraient être rangés et conservés des livres. Le feu a disparu ici, au profit d’une manifestation visuelle et plastique du vide par l’installation elle-même mais aussi par le cadrage photographique possible et par les circonstances des prises de vue, nocturnes par exemple alors que l’oeuvre est éclairée de l’intérieur…

Micha Ullman (1939-), « Bibliothek », Bebelplatz, Berlin, 1994
Photo de nuit: Daniel Neugebauer (nick: Energiequant) – Own work, CC BY-SA 2.5

Le monument est de fait moins spectaculaire de jour :

Micha Ullman (1939-), « Bibliothek », Bebelplatz, Berlin, 1994
Photo: Charlotte Nordahl – CC BY-SA 2

Et il n’a pas toujours été autant mis en valeur. Il a été menacé quand on a creusé un parking sous la place. Et 2013, l’état catastrophique du monument a attiré l’attention des médias allemands. Il a depuis été restauré, dans le cadre d’un partenariat avec une entreprise privée… Voir l’article du Taggespiegel du 8 mai 2013, accessible en ligne ici.

Ce monument, Denkmal zur Erinnerung an die Bücherverbrennung, est un mémorial et l’on utilise parfois le mot Mahnmal, moins fréquent en allemand que Denkmal et plus connoté du point de vue moral : il ne signifie pas seulement « faire se souvenir » mais « prévenir » (mahnen, ermahnen). Le mémorial voudrait donc prévenir tout événement similaire à celui qu’il rappelle, qui s’est produit là, devant l’opéra mais aussi la cathédrale et une partie de l’Université et de sa bibliothèque.

Le mémorial de Berlin s’accompagne d’une plaque qui porte une citation de Heine, considéré comme l’écrivain romantique allemand par excellence (1797-1856):

Das war ein Vorspiel nur, dort wo man Bücher
Verbrennt, verbrennt man auch am Ende Menschen

Heinrich Heine, Almansor, vers 243 à 244 (1ere publication complète en 1823)
https://www.projekt-gutenberg.org/heine/almansor/almanso1.html

Cette phrase est utilisée dans ces lieux de mémoire comme une quasi prophétie… Souvent traduite par « Ce n’était qu’un prélude, car là où l’on brûle des livres, on brûle à la fin aussi des hommes » mais qu’il faudrait, outre le fait de l’attribuer correctement au personnage de Hassan, rendre littéralement : « C’était seulement un prélude, car là où des livres
sont brûlés, sont brûlés aussi à la fin, des hommes » (traduction Benoît Tane). De fait, dans cette histoire située en 1499 à Grenade, après la Reconquista de l’Andalousie, cette citation ne renvoie pourtant pas à une prophétie mais à la réplique d’un personnage lorsque le grand inquisiteur fit brûler des milliers de livres théologiques islamiques. Le terme même d’autodafé, qui existe en allemand, n’est pas utilisé dans ce texte. Mais il ne serait pas ici hors contexte puisqu’il renvoie à l’Inquisition. En revanche, on voit qu’il y a un décalage entre cette citation dans son contexte, rarement explicite, et celui dans lequel elle est réutilisée à des fins mémorielles.

D’autres villes ont d’ailleurs leur propre mémorial, comme Hambourg qui utilise la même citation dans une autre installation mais qui l’accompagne aussi un marathon de lecture tous les 15 mai (il pleuvait semble-t-il le 10 mai 1933 à Hambourg et l’opération fut reportée de quelques jours), sous la bannière Verboten, verbrannt, vergessen? Bücherverbrennung Nie Wieder (« Interdits, brûlés, oubliés? Plus jamais de brûlement de livres »). Retrouvez le programme de cette année ici.

A ces monuments, nous n’associerons pas donc les images de la propagande nazie. On préférera mettre en avant d’autres représentations et un artiste comme John Heartfield (19 juin 1891–26 avril 1968), par exemple pour son collage en couverture du Arbeiter Illustrierte Zeitung, ce 10 mai 1933. Voir en ligne dans le Heartfield online, Katalog des grafishen Nachlasses von John Heartfield, Akademie der Künste, accessible ici.

Benoît Tane


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.